Ligue 1 : notre équipe-type de la phase aller 2016/17

C’est une première partie de championnat passionnante que nous ont offerte les vingt clubs de Ligue 1. Petit bilan à travers huit équipes-type de mi-saison.

Parce que sur But Football Club, nous savons que Noël est la période des cadeaux, ce n’est pas une mais huit équipes-type que nous vous offrons. Certaines répondent à un concept classique, d’autres se veulent plus décalées. Les voici :

– L’équipe-type de la phase aller
L’équipe-pipe de la phase aller
L’équipe-type des révélations
L’équipe-type du mercato
L’équipe-type des joueurs sous-estimés
– L’équipe-type des grands blessés
– L’équipe-type des joueurs qui vont péter un câble en 2017
– L’équipe-type des joueurs que tout le monde a oubliés

Commençons par la catégorie-reine, celle qui réunit les onze meilleurs joueurs de cette phase aller. Contrairement à l’an passé, où l’équipe-type était chasse gardée d’un intouchable PSG, l’OGC Nice et l’AS Monaco viennent cette fois jouer les trouble-fêtes. L’AS Saint-Étienne et l’OL y glissent également un ou plusieurs représentants.

Notre équipe est positionnée en 4-2-3-1.

Gardien de but

Stéphane Ruffier (ASSE)

Il n’y a pas vraiment eu de débat à l’heure de choisir notre dernier rempart. Auteur de prestations écœurantes pour les attaquants adverses, particulièrement en fin d’année contre l’OM ou Guingamp, Ruffier et ses presque quatre arrêts par match de moyenne sont la raison principale pour laquelle l’AS Saint-Étienne possède la troisième défense de l’Hexagone.

Remplaçants : Alban Lafont (Toulouse FC), Karl-Johan Johnsson (En Avant de Guingamp), Jean-Louis Leca (SC Bastia), Baptiste Reynet (Dijon FCO).

Défenseurs centraux

Kamil Glik (AS Monaco)

Un important contingent de joueurs polonais a débarqué en L1 l’été dernier : Maciej Rybus (OL), Grzegorz Krychowiak (PSG) ou Igor Lewczuk (Girondins de Bordeaux). De tous, c’est le stoppeur monégasque qui laisse la meilleure impression. Devenu en un rien de temps le patron de sa défense, le joueur de 28 ans se permet également de marquer des buts (3).

Dante (OGC Nice)

Recruter une ancienne gloire du football européen n’est jamais une garantie de succès : combien de joueurs prestigieux ont débarqué en France en ayant déjà dépassé la date de péremption ? Dante, lui, a aussitôt endossé le rôle de pilier d’un OGC Nice champion d’automne grâce à son jeu de tête et sa relance (deux passes décisives contre Toulouse début décembre !).

Remplaçants : Paul Baysse (OGC Nice), Christopher Jullien (Toulouse FC), Christophe Kerbrat (En Avant de Guingamp), Loïc Perrin (ASSE), Thiago Silva (PSG), Jérémy Sorbon (En Avant de Guingamp).

Arrières latéraux

Djibril Sidibé (AS Monaco)

Après l’éclosion, la confirmation. Toujours aussi offensif (deux buts et une passe décisive), toujours aussi puissant dans les duels, l’ancien joueur du LOSC poursuit sous le maillot monégasque son ascension fulgurante, entamée dans le Nord la saison dernière. Désormais, le latéral droit fréquente l’équipe de France et figure sur les tablettes d’Arsenal ou du Barça !

Ricardo Pereira (OGC Nice)

On pouvait croire que sa situation sportive bancale – le FC Porto l’a prêté pour la deuxième saison de suite aux Aiglons – l’empêcherait de s’investir pleinement sous le maillot de l’OGC Nice. C’est tout le contraire : dans la lignée d’un premier exercice prometteur dans l’Hexagone, Ricard Pereira multiplie les montées côté droit. Bilan : un but et trois passes décisives.

Remplaçants : Serge Aurier (PSG), Sébastien Corchia (LOSC), Layvin Kurzawa (PSG), Kevin Malcuit (ASSE), Thomas Meunier (PSG), Youssouf Sabaly (Girondins de Bordeaux).

Milieux défensifs / relayeurs

Wylan Cyprien (OGC Nice)

Pour une révélation, c’est une révélation ! On savait, pour l’avoir souvent vu jouer sous le maillot du RC Lens en Ligue 2, que Cyprien avait un joli potentiel. Mais de là à figurer dans notre équipe-type… À son aisance technique, indispensable aux relances niçoises, s’ajoute une qualité de frappe peu commune (déjà 5 buts). Oublié, l’ancien capitaine Nampalys Mendy !

Corentin Tolisso (OL)

Lorsque le joueur de 22 ans a refusé de rejoindre Naples l’été dernier, on se disait que le président lyonnais Jean-Michel Aulas regretterait longtemps d’avoir vu les 37 M€ proposés par le club italien lui passer sous le nez. Sauf que Tolisso est devenu le couteau suisse de son équipe. À droite, dans l’entrejeu ou en soutien de l’attaquant, son activité reste impressionnante.

Remplaçants : Timoué Bakayoko (AS Monaco), Lucas Deaux (En Avant de Guingamp), Fabinho (AS Monaco), Maxime Gonalons (OL), Adrien Rabiot (PSG), Jean-Michaël Seri (OGC Nice), Marco Verratti (PSG).

Ailiers, meneur de jeu

Thomas Lemar (AS Monaco)

Son talent ne s’exprimait la saison passée que par intermittence. Lemar y a ajouté la régularité pour inscrire six buts et délivrer trois passes décisives au cours de cette phase aller. La qualité de ses coups de pied arrêtés, directs ou indirects, explique également pourquoi Didier Deschamps l’a convoqué en équipe de France pour la première fois au mois de novembre.

Younes Belhanda (OGC Nice)

Les semaines passent et la question se fait plus insistante : comment un tel talent ne s’est-il pas exprimé davantage à l’étranger ? Et surtout, comment la Ligue 1 a-t-elle pu le laisser se faner si loin d’elle ? Trois ans après son départ, Belhanda est revenu tel qu’on l’avait laissé : élégant, inspiré et décisif, comme en attestent ses trois buts et trois passes décisives.

Alexandre Lacazette (OL)

Que l’avant-centre lyonnais nous pardonne : dans un souci de cohérence tactique, c’est au poste d’ailier droit (qu’il connaît bien) que nous le positionnons. Moins brillant en Ligue des champions, Lacazette flambe sur la scène nationale. Ses stats (13 buts en quatorze apparitions) tiendraient même la comparaison avec celle de Cavani sans sa blessure en septembre.

Remplaçants : Ryad Boudebouz (Montpellier HSC), Bernardo Silva (AS Monaco), Florian Thauvin (OM).

Avant-centre

Edinson Cavani (PSG)

Joueur le plus critiqué du PSG en début de saison, le Matador en est aujourd’hui le sauveur. Côté stat, le grand Zlatan a trouvé son héritier (18 buts en 17 matches pour Cavani). Mais le plus impressionnant, c’est que cette réussite n’a en rien entamé la détermination de l’international uruguayen à se battre comme un chiffonnier. Un exemple pour son équipe.

Remplaçants : Mario Balotelli (OGC Nice), Martin Braithwaite (Toulouse FC), Loris Diony (Dijon FCO), Radamel Falcao (AS Monaco), Valère Germain (AS Monaco), Bafetimbi Gomis (OM), Alassane Plea (OGC Nice)

Sylvain Opair