Ligue 1 : notre équipe-type des révélations de la phase aller 2016/17

32 MALANG SARR (nice)

C’est une première partie de championnat passionnante que nous ont offerte les vingt clubs de Ligue 1. Petit bilan à travers huit équipes-type de mi-saison.

Parce que sur But Football Club, nous savons que Noël est la période des cadeaux, ce n’est pas une mais huit équipes-type que nous vous offrons. Certaines répondent à un concept classique, d’autres se veulent plus décalées. Les voici :

L’équipe-type de la phase aller
L’équipe-pipe de la phase aller
– L’équipe-type des révélations
L’équipe-type du mercato
L’équipe-type des joueurs sous-estimés
– L’équipe-type des grands blessés
– L’équipe-type des joueurs qui vont péter un câble en 2017
– L’équipe-type des joueurs que tout le monde a oubliés

Passons sans attendre aux onze joueurs que personne n’attendait à pareille fête en cette période de fêtes. Méconnus en début de saison, ces grands espoirs évoluent à Nice, Monaco, Lyon, Guingamp, Metz, au FC Nantes, au PSG, à Saint-Étienne et à l’OM. Une fois n’est pas coutume, notre équipe est alignée en 5-3-2.

Gardien

Thomas Didillon (FC Metz)

Certes, la formation lorraine possède l’avant-dernière défense de Ligue 1 (36 buts encaissés). Mais le bilan serait encore plus négatif sans le portier de 21 ans, auteur de 105 arrêts au cours de ses 17 apparitions. Aucun de ses collègues n’a fait mieux, son dauphin Baptiste Reynet (Dijon) n’étant intervenu qu’à 95 reprises (en 19 matches).

Remplaçants : Alban Lafont (Toulouse FC), Anthony Maisonnial (ASSE), Mathieu Michel (Angers SCO).

Défenseurs centraux

Malang Sarr (OGC Nice)

Aucune autre charnière centrale ne répond mieux à la définition du mot « complémentaire » que celle des Aiglons. C’est en effet un jeunot de 17 ans, dont le nom ne figurait même pas au dos de son maillot en début de saison, qui a pris place aux côtés du vétéran Dante, formant un duo physique et adroit dans la relance. Déjà indispensable.

Presnel Kimpembe (PSG)

Au vu des hésitations du duo Thiago Silva – Marquinhos en décembre, le stoppeur formé au club méritait peut-être de gravir un échelon dans la hiérarchie d’Unai Emery. Aimant défendre, n’ayant pas peur de se montrer, Kimpembe a séduit lors de chacune de ses sorties, ce qui lui a valu d’être prolongé, puis convoqué en équipe de France.

Mouctar Diakhaby (OL)

En août, le joueur de 20 ans partait de très loin : Mapou Yanga-Mbiwa, Nicolas Nkoulou, Emanuel Mammana et même Jérémy Morel semblaient le devancer pour une place en défense centrale. Mais les déboires des uns et le niveau croissant de ses performances lui ont permis d’intégrer le onze lyonnais en octobre, pour ne plus le quitter.

Remplaçants : Issa Diop (Toulouse FC), Joris Gnagnon (Stade Rennais), Christopher Jullien (Toulouse FC), Clément Lenglet (AS Nancy).

Arrières latéraux

Kevin Malcuit (ASSE)

On pensait le voir figurer dans cette équipe-type la saison dernière. Le latéral droit venait alors de rejoindre le Forez, mais son adaptation fut plus longue que prévu. Ce n’était que partie remise. Très offensif côté droit, Malcuit a su séduire un Christophe Galtier longtemps sceptique à son sujet. Et envoyer Théophile-Catherine sur le banc.

Marçal (En Avant de Guingamp)

Du haut de ses 27 ans, le latéral gauche brésilien, prêté par Benfica, fait un peu tache dans notre équipe-type des révélations de Ligue 1. Mais comment ne pas mettre en lumière les prestations d’un joueur dont personne n’avait jamais entendu parler jusqu’alors et qui, au terme de cette phase aller, a déjà délivré cinq passes décisives ?

Milieux défensifs / relayeurs

Wylan Cyprien (OGC Nice)

On savait l’ancien Lensois doué techniquement et capable de marquer. Les dirigeants niçois semblaient toutefois avoir pris un risque en déboursant 5 M€ pour l’attirer au mercato. Cinq mois plus tard, Cyprien fait partie de notre équipe-type de la phase aller, a fortiori de celle des révélations. Et coûte désormais 20 M€, au bas mot.

Maxime Lopez (OM)

Ses prestations en pré-saison avaient laissé entrevoir son talent. Mais de peur de le griller, son entraîneur Franck Passi l’a tenu à l’écart de l’équipe première. Il a fallu l’arrivée de Rudi Garcia sur le banc phocéen pour que Lopez ait sa chance. Technique, vision de jeu… À seulement 19 ans, le minot s’est déjà rendu indispensable.

Amine Harit (FC Nantes)

Oui, ses statistiques laissent encore à désirer (un seul but et aucune passe décisive en 17 apparitions). Mais c’est bien la seule chose qu’on puisse reprocher au champion d’Europe U19, attendu dans un rôle de joker et devenu en quelques matches l’unique étincelle du jeu de son équipe. Des défauts à gommer, mais un potentiel XXL.

Remplaçants : Alexis Blin (Toulouse FC), Yann Bodiger (Toulouse FC), Baptiste Santamaria (Angers SCO), Ole Selnaes (ASSE), Lucas Tousart (OL).

Attaquants

 

Kylian Mbappe (AS Monaco)

Révélation oui, surprise non. Vainqueur l’été dernier de l’Euro U19 l’été dernier avec l’équipe de France, l’attaquant monégasque, impliqué sur 7 réalisations (3 buts et quatre passes décisives) en 511 minutes de jeu, confirme qu’il est l’un des plus grand potentiels de notre championnat. Relisez la stat précédente, elle est dingue.

Loris Diony (Dijon FCO)

Les fans de L2 objecteront qu’avec 11 buts l’an passé, l’attaquant dijonnais avait déjà affiché de belles dispositions. Mais c’est autre chose de reproduire ces prestations à l’étage supérieur. Buteur et passeur décisif à cinq reprises, Diony donne chaque weekend un peu plus de regrets au FC Nantes, son club formateur qui ne l’a pas gardé…

Remplaçants : Marcus Coco (En Avant de Guingamp), Adrien Hunou (Stade Rennais), Yann Karamoh (SM Caen), Arnaud Nordin (ASSE), Alan Saint-Maximin (SC Bastia), Steve Mounié (MHSC), Nicolas Pepe (SCO Angers), Naïm Sliti (LOSC).

Sylvain Opair