OL : trois nouveaux soutiens pour Fekir après sa célébration contre l’ASSE

Ancien capitaine de l’OL, Maxime Gonalons ne trouve rien à redire au geste de Nabil Fekir face à l’ASSE (5-0). Hatem Ben Arfa et Emmanuel Petit non plus.

Deux semaines après les faits, Nabil Fekir attend toujours de savoir à quelle sauce la commission de discipline va le manger. L’attaquant de l’OL se voit reprocher d’avoir brandi son maillot devant les supporters de l’ASSE, le 5 novembre dernier, après avoir inscrit le dernier but de son équipe, vainqueur 5-0. Un geste qui avait débouché sur un envahissement du terrain.

« La vraie question qu’il faut se poser, c’est celle de la sécurité des stades »

L’international tricolore peut compter sur le soutien de son ancien partenaire Maxime Gonalons, interrogé ce mardi par L’Équipe.

« J’ai regardé le derby, ils leur ont mis une bonne claque. Quand on est Lyonnais, on est fier d’un tel résultat, s’est d’abord réjoui l’ancien capitaine des Gones, transféré l’été dernier du côté de l’AS Rome. J’ai vu la polémique au sujet de la célébration de Nabil. La vraie question qu’il faut se poser, c’est celle de la sécurité des stades, notamment en France. À l’étranger, on ne voit pas ça, des gens qui entrent sur la pelouse. »

« Fekir s’est fait tabasser tout le match »

Si Gonalons n’est peut-être pas l’interlocuteur le plus objectif sur le sujet, Emmanuel Petit s’exprime quant à lui en son âme et conscience dans les colonnes de France Football. Et l’ancien champion du monde considère lui aussi que Fekir n’a rien à se reprocher.

« Excusez-moi, on va voir des matches pour suivre ce genre de joueurs ! Les Neymar, Mbappé, Messi et tous ceux qui font marcher l’industrie du football… Fekir s’est fait tabasser tout le match par des mecs qui voulaient se le farcir. C’est du chambrage, c’est clair, une réaction d’orgueil après avoir humilié les Verts chez eux. Comment le lui reprocher, après un 5-0, deux buts et un matraquage systématique ? Sincèrement, il n’insulte personne, il n’y a pas d’agressivité. »

« Un geste qui n’était ni violent, ni méchant, ni vulgaire »

Enfin, dans les colonnes de l’hebdomadaire, Hatem Ben Arfa s’est lui aussi fait l’avocat de Fekir, prenant fait et cause pour les « chambreurs » du football.

« Je pense sincèrement qu’il l’a fait sans arrière-pensée, emporté par le jeu. Le problème, c’est qu’en face ils n’étaient pas forcément très réceptifs. C’est ce qui a entraîné ce raffut pour un geste qui n’était ni violent, ni méchant, ni vulgaire. À la limite, là où Fekir a le plus chambré, c’est quelques secondes plus tôt face à Ruffier sur ses feintes avant de tirer. Mais j’en reviens à ma thèse : ‘Peut-on encore rire sur un terrain sans passer forcément pour un provocateur ?’ J’ai peur que le foot soit devenu trop sérieux et que le chambrage soit de plus en plus mal vu. »

On devrait savoir jeudi soir si le capitaine de l’OL écope d’une sanction.

Sylvain Opair