OL – VIDEO : Lacazette, un départ confirmé et quelques chiffres

Ce soir face à l’OGC Nice (21h), Alexandre Lacazette jouera son dernier match avec l’Olympique Lyonnais. L’occasion de revenir sur l’empreinte qu’il laissera au club.

Qu’il en aura parcouru du chemin le gamin de Mermoz depuis ses débuts à l’Elan de Lyon 8e jusqu’à l’équipe de France qu’il retrouvera au mois de juin pour honorer, sans doute, sa 11e sélection avec les Bleus. A Lyon comme avec les Bleus, Alexandre Lacazette n’a jamais eu le « bon dieu sans confession » comme on dit. Il aura dû se battre pour une place au soleil. D’abord jusqu’à son premier contrat professionnel qui le fuyait quand d’autres (Grenier et Tafer) bénéficiait d’une confiance aveugle de ses dirigeants. Puis quand Francis Smerecki, alors sélectionneur de l’équipe de France U19, le boudait ne le rappelant qu’en dernière minute pour l’Euro U19 à la place de Mathias Autret blessé. Puis, encore, à sa début en équipe première, quand Claude Puel et Rémi Garde l’utilisait dans un rôle d’ailier droit. Enfin, quand il a fallu se battre avec Jean-Michel Aulas pour une revalorisation de contrat digne de son statut de meilleur joueur de Ligue 1 2014-2015 et supporter la vindicte populaire née de l’image injuste d’un « gosse pourri gâté » à qui l’OL avait fait une proposition en or. Pas franchement les grandes lignes d’une ascension linéaire…

Un record pour l’histoire

Durant près de 15 ans, Alexandre Lacazette se sera forgé en tant qu’homme et en tant que joueur à l’Olympique Lyonnais. Et il y aura marqué l’histoire en devenant un jour de mai 2015 le digne successeur d’André Guy, meilleur buteur de l’OL sur une saison régulière de Ligue 1 (27 buts). Un record qu’il battra peut-être ce soir face aux Aiglons en cas de doublé. Quatrième meilleur buteur de l’histoire du club, Lacazette ne sera pas resté aussi longtemps que Fleury Di Nallo, Bernard Lacombe et Serge Chiesa pour établir son total de buts.

On se souviendra de ses quelques coups d’éclats face à l’AS Roma, Lille ou Nice. Ceux qui le connaissent bien se rappelleront avec nostalgie de son slalom magique un dimanche après-midi de 2009 lors du match de CFA face au Gazélec Ajaccio. D’un gamin tressé et timide propulsé vedette de son club de cœur. D’une vraie star « made in Lyon », moins météorique que Karim Benzema, moins irrégulière que Loïc Rémy (à qui il a souvent été comparé) mais surtout – et ça lui fera plaisir – à la grinta « Lisandro Lopezesque ». Alexandre Lacazette s’est battu pour ce maillot, a aimé ce blason et on espère que ce soir, il recevra un hommage en conséquence.


OL : les statistiques de Lacazette par butfootballclubtv

Alexandre CORBOZ