OM – LOSC (34e j.) : Marseille facile et sans pitié pour de très, très faibles lillois (5-1)

L’Olympique de Marseille accueillait aujourd’hui le LOSC au stade Vélodrome. Résultat, les joueurs de Rudi Garcia se sont promenés face à très, très faibles lillois, 5-1.

Les joueurs de Rudi Garcia savaient à quoi s’attendre. Avec un adversaire du jour, le LOSC, en proie au doute et qui joue sa survie en cette fin de saison. Et comme on pouvait s’y attendre, le début de rencontre allait mettre en lumière les doutes lillois. Avec, d’entrée de jeu, des pertes de balles et deux situations chaudes en l’espace de deux minutes.

A la 8e minute, sur une percée de Florian Thauvin côté droit, le gardien lillois, Hervé Koffi, parvenait à s’interposer sur le centre adressé à Kostas Mitroglou. Ce même Thauvin qui, quatre petites minutes plus tard, coupait victorieusement au premier poteau un centre parfait, venu de la droite, de Bouna Sarr et trompait Koffi (1-0, 12e).

Loin d’être abattus, les Lillois répondaient dans la foulée avec plusieurs situations favorables. Mai ni Mothiba (13e), ni Maia (16e) sur une frappe déviée du gauche, ne parvenaient à trouver le cadre de Pelé. Très actif, Kévin Malcuit tentait lui-aussi sa chance aux 20 mètres (17e), sans faire preuve de plus de précision.

Lille a joué au football…dix minutes

Symbole d’une équipe à qui , décidément, rien ne réussit, le LOSC concédait un pénalty, dix minutes plus tard, pour une faute de Mendyl sur Dimitri Payet (28e). Florian Thauvin, encore lui, ne laissait pas l’occasion de signer un doublé et prenait Koffi à contre-pied (2-0, 30e). Cinq minutes plus tard, alors qu’il n’avait touché que huit petits ballons, Mitroglou reprenait parfaitement de la tête un centre venu de la gauche de Jordan Amavi, remplaçant de Sakai, sorti sur blessure au genou gauche (3-0, 35e). A peine le temps de fêter son but que l’attaquant grec, sur une remise de la tête d’Ocampos, inscrivait, seul aux trois mètres, un doublé sur une reprise du pied droit (4-0, 38e). 100% de réussite pour les Marseillais en cette première période : 4 tirs cadrés, 4 buts. Lille, de son côté, touche le fond.

Au retour des vestiaires, revenus avec plus d’envie et, surtout, avec l’attaquant Nicolas Pépé, les Lillois parvenaient à réduire le score. Yassine Benzia, servi sur le côté gauche de la surface de réparation, éliminait deux défenseurs et fusillait Pelé d’une belle frappe du pied gauche aux dix mètres (4-1, 53e). Un léger mieux qui allait vite s’estomper, les Marseillais reprenant par la suite la direction des opérations. Si Dimitri Payet manquait le cadre, seul face à Koffi (62e), Lucas Ocampos, lui, se faisait un plaisir de remporter son duel face à Koffi en frappant fort du pied gauche (5-1, 64e). Payet, encore lui, pouvait trouver le poteau droit (70e), et l’OM finir en roue libre. Le résultat était acquis depuis bien longtemps.

L.T.