PSG : ces quatre seconds couteaux du début de saison qui ont offert le titre à Paris (7-1)

Le PSG n’a pas fait de détail en atomisant Monaco au Parc des Princes (7-1), avec l’appui de quatre joueurs qui n’étaient pas des titulaires du début de saison.

Lo Celso a parfaitement relayé Verratti

Avec l’absence de Marco Verratti, Giovani Lo Celso occupait un poste de relayeur qui lui a permis de se projeter régulièrement vers l’avant. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Argentin s’en est servi avec efficacité. Servi par Dani Alves, Lo Celso a d’abord ouvert les vannes pour le PSG (14e) avant de corser encore plus sévèrement l’addition avant la demi-heure de jeu d’une belle tête (27e). Excellent aussi bien dans son travail défensif que dans son apport offensif, Lo Celso a confirmé en un match sa belle montée en puissance tout au long de la saison.

Di Maria revit sans Neymar

Si la blessure de Neymar a causé bien des soucis au PSG, et contribué à la fin prématurée de son aventure européenne, elle aura au moins permis à Angel Di Maria de retrouver toute sa confiance au PSG. Régulièrement titulaire depuis des semaines, Di Maria a été le grand bonhomme de ce match du titre face à Monaco. Un magnifique lob dans son style caractéristique (20e) et un autre but sur un service de Pastore (60e) en plus d’une influence régulière dans le jeu. Di Maria a eu tout bon.

Pastore, un dernier baroud d’honneur ?

Javier Pastore dispute peut-être ces derniers matchs sous le maillot du PSG avant un départ cet été. Si ses dernières apparitions, lors du match retour contre le Real Madrid ou Saint-Etienne, laissaient une impression de nonchalance agaçante, Pastore a ce dimanche soir récupéré ses habits de lumière de maître à jouer. Auteur de trois passes décisives, dont une merveille de centre de l’extérieur du pied sur la tête de Lo Celso, Pastore a tout fait pour donner encore et toujours des regrets aux supporters du PSG.

Draxler, un travailleur enfin récompensé

Julian Draxler, contrairement aux trois joueurs précédents, s’est montré moins souvent en position d’être décisif. Néanmoins, l’Allemand a régulièrement été à la base des occasions parisiennes dans la construction dans un poste de milieu relayeur qui lui va décidément comme un gant. Et Draxler a finalement été récompensé en fin de match, reprenant de manière décisive un centre de Pastore pour donner une ampleur définitive au score.

Julien Pédebos