PSG : ces trois symboles d’un champion qui s’est contenté du minimum (1-0)

Le PSG, malgré la victoire ramenée de Bordeaux (1-0), n’a pas affiché la motivation des grands jours. Avec trois joueurs symboles.

Pastore retombe dans ses travers

Au moment de sa sortie, Javier Pastore avait un visage qui trahissait toute son agacement de quitter ses partenaires. Pourtant, difficile de blâmer Unai Emery tant l’Argentin ne s’est pas montré à la hauteur ce soir. Brillant lors du match clinquant pour le titre dimanche dernier face à Monaco, Pastore aura été bien plus discret ce dimanche soir dans un match sans grande incidence. Peu de différence tant par le dribble que les passes, le meneur de jeu parisien a donné du grain à moudre à ceux qui pointent du doigt son manque d’investissement.

Rabiot est-il vraiment en mode Mondial ?

Alors que Didier Deschamps va annoncer sa liste pour la Coupe du monde dans un peu plus de trois semaines, Adrien Rabiot a-t-il compris que sa place n’était pas forcément acquise ? Sa très belle sortie balle au pied en fin de match n’a pas éclipsé un match très discret, comme sur la plupart de ses dernières sorties. Pas impérial dans les duels pour la récupération du ballon, assurant le minimum dans l’utilisation du ballon en prenant peu de risque offensif. Rabiot est soit à court de jambes, soit à court de motivation. Mais pas sûr que le sélectionneur en soit très satisfait…

Berchiche a passé une drôle de soirée

S’il s’est clairement imposé comme le latéral gauche numéro 1 aux yeux d’Unai Emery, Yuri Berchiche n’a pas réussi son match le plus abouti sur la pelouse du Matmut Atlantique. A l’image de Paris, Berchiche a fait le minimum avec une intervention décisive en fin de match. Mais avant cela, le latéral espagnol a vécu une rencontre compliquée symbolisée par les deux méchants petits ponts infligés en première période par Malcom, et en seconde par Sabaly. Le PSG, qui cherche un latéral gauche pour l’été prochain, ne devrait pas changer d’avis ce soir.

Julien Pédebos