PSG – Mercato : les cinglantes vérités de Salvatore Sirigu

Vendu au Torino lors du dernier mercato estival, Salvatore Sirigu a enfin donné quelques coulisses de ces derniers mois passés au PSG. Glaçant.

Drôle de trajectoire que celle connue par Salvatore Sirigu au PSG. D’abord pilier du projet de QSI, le gardien italien à l’état d’esprit irréprochable a payé des matches hasardeux en Ligue des champions pour se faire damer le pion par Kevin Trapp, lui-même devancé par Alphonse Areola. Sirigu, après plusieurs prêts successifs, a retrouvé une certaine stabilité au Torino mais n’a pas oublié son aventure parisienne. Loin de là.

« Ils m’avaient dit que je devais être le gardien des 5 prochaines années »

« Ils ne m’ont pas dit ‘techniquement tu n’es pas valide’, ou ‘humainement ça ne va pas’. C’est juste arrivé, c’est un choix et il faut le prendre. Je n’étais pas content parce que peut être je méritais un peu mieux. J’ai toujours fermé ma gueule, je n’ai rien dit, je n’ai pas cédé aux provocations et aux polémiques. Je me suis dit qu’ils allaient me garder parce que même dans la difficulté j’étais présent, a-t-il froidement expliqué au micro du CFC dimanche soir. J’avais renouvelé mon contrat et ils m’avaient dit que dans leur projet je devais être le gardien des cinq prochaines années. Après il arrive un gardien allemand plus jeune, mais ça ne me pose aucun problème parce que la concurrence ça doit faire partie du PSG. Je l’ai bien pris. Mais ensuite, j’ai senti que je n’allais pas jouer. Même pas un jour d’entrainement qu’ils avaient déjà décidé que je n’allais pas jouer. Pourquoi on parle de concurrence au PSG quand avant de s’entraîner les postes sont donnés aux gens ? Ce n’est pas juste pour moi, et ce n’est pas juste pour Kevin Trapp aussi. »

JP