PSG : Une toute autre interprétation de l’affaire Al-Khelaïfi

On l’a appris hier : la justice suisse enquête sur le président de BeIN Media Group et du PSG, Nasser Al-Khelaïfi. Soupçonné de corruption dans l’attribution des droits TV de la Coupe du monde.

L’affaire, forcément, fait grand bruit. Et ce n’est sans doute que le début. Visé par une enquête de la justice suisse, l’homme fort du Qatar à Paris, Nasser Al-Khelaïfi, est aujourd’hui suspecté de corruption pour l’obtention, par le groupe BeIN, de droits télévisés pour la Coupe du monde. A ce stade, autant être clair, rien ne permet de dénoncer une quelconque culpabilité du président parisien. Plus intéressant, encore, l’entretien accordé à nos confrères du Parisien par Christian Chesnot, journaliste spécialisé dans les dossier de géopolitique, qui donne une autre version du dossier en cours. Propos retranscrits par le site canalsupporters.

« Derrière Nasser, c’est surtout le cheikh Tamim al-Thani qui est visé. Nasser n’est qu’un homme de confiance. Un rouage. Le sport est quelque chose d’essentiel pour le cheikh et son pays. Si cette histoire est avérée, cela peut devenir compliqué pour le Qatar. Ce pays a deux puissants ennemis : l’Arabie saoudite, mais surtout les Emirats arabes unis. Eux, ils ont juré de déstabiliser le Qatar. Ils exercent d’énormes pressions auprès de la Fifa pour retirer la Coupe du monde 2022 au Qatar. Quitte, peut-être, à fournir les dossiers. »

L.T.