L1 – Mercato : Agents, salaires, joueurs…les passionnantes vérités de Christian Gourcuff

CHRISTIAN GOURCUFF (ENTRAINEUR RENNES)

Au cours d’un entretien ô combien intéressant accordé à Ouest-France, l’entraîneur du Stade Rennais, Christian Gourcuff, livre ses vérités sur le Mercato. Instructif.

Comme tant d’autres, il lit parfois les journaux et redoute nécessairement la période du mercato. Pour ses joueurs, pour son club et même pour son quotidien. Christian Gourcuff, l’entraîneur du Stade Rennais, est longuement revenu sur les dangers du mercato lors d’un entretien accordé au quotidien Ouest-France. L’occasion, pour lui, de balancer quelques vérités et d’éclairer le grand public sur les pratiques en cours. Extrait : « On manipule l’information pour vendre. Les agents pour vendre des joueurs. Les clubs pour les vendre. La presse pour vendre du papier. Nous, quand on a un intérêt pour un joueur, on n’en parle pas. Ou c’est signé, ou ce n’est pas signé. Si ça n’est pas signé, on ne va pas annoncer un truc qui peut ne pas se faire ou même avorter justement parce qu’il y a eu une mauvaise communication. Ça n’aurait pas d’intérêt. Mais les agents, eux, ont parfois intérêt à ce que les choses se sachent. Ça attise la concurrence, fait monter les enchères. »

« Un jeune joueur qui vient de faire 10 matches en L1 et qui voit que la presse annonce qu’un club est prêt à mettre 10 millions, il faut être solide… C’est catastrophique ».

Christian Gourcuff, afin d’étayer son propos, dispose d’un exemple précis : son joueur Joris Gnagnon, paraît-il dans le viseur du FC Séville pour un supposé transfert estimé à 10 millions d’euros. « C’est déstabilisant. Certains sont capables de faire abstraction, d’autres non. Pour Joris, il faut être clair. Un jeune joueur qui vient de faire 10 matches en L1 et qui voit que la presse annonce qu’un club est prêt à mettre 10 millions, il faut être solide… C’est catastrophique. Ça peut l’être. Joris, je l’ai vu… Disons que le club compte sur lui. C’est un langage sportif. Après, il y a les aspects financiers, tout un environnement que l’on ne maîtrise malheureusement pas, qui perturbe. Le choix est très rarement sportif aujourd’hui. Les sommes sont tellement colossales que le foot devient annexe. C’est comme les types qui partent jouer en Chine en ce moment. »

L.T.