ASSE – L’analyse de Laurent Hess : « Les Verts peuvent viser plus haut »

Sous la neige, l’ASSE a freiné l’OM dans sa quête de Ligue des champions, vendredi soir.

Malgré les absences de Rémy Cabella et Yann M’Vila, les Verts, menés dès la 3e minute sur un but de Florian Thauvin, ont trouvé les ressources pour revenir deux fois au score, grâce à Kévin Monnet-Paquet et Robert Beric. Un nul fêté comme une victoire par les 30 000 supporters qui avaient bravé le froid. Toujours invaincus à Geoffroy-Guichard en 2018 (3 victoires, 1 nul), les Verts ont confirmé leur renouveau et Jean-Louis Gasset avait tout lieu d’être satisfait après la rencontre. L’entraîneur stéphanois a loué l’état d’esprit de ses joueurs, leurs progrès dans le jeu, leur confiance retrouvée. Généreux, séduisants parfois, les Verts ont montré qu’ils étaient capables de rivaliser avec une équipe comme Marseille, et cela devrait booster encore un peu plus leur confiance, surtout qu’ils n’étaient pas au complet.

Gasset gagne des joueurs, match après match

Cette prestation, tout autant que le résultat, montre en tout cas que l’ASSE retrouve des couleurs en ce début d’année. L’apport des recrues n’y est pas étranger. Avec Yann M’Vila, Mathieu Debuchy, Neven Subotic, Paul-Georges Ntep et Robert Beric, les Verts ont gagné en expérience, en assurance, en qualité technique. Le Mercato a changé leur visage, mais d’autres joueurs, parmi les « anciens », se mettent au diapason des recrues. Contre Marseille, Kévin Monnet-Paquet et Jonathan Bamba ont justifié la confiance de Jean-Louis Gasset en étant à nouveau décisifs. Et Romain Hamouma l’a été lui aussi, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps, tout comme Stéphane Ruffier, qui a sorti l’arrêt qu’il fallait en fin de partie.

La prestation d’Ole Selnaes est également à mettre au rayon des satisfactions. Et on rejoint le milieu de terrain norvégien, qui a dit après le match que l’ASSE « devait regarder plus haut ». Avec cette équipe là, l’espoir semble en effet permis d’aller chercher la 6e place, dans un championnat plus serré que jamais. Sur ce qu’on voit depuis quelques semaines, c’est dans ses cordes. Qui aurait pu l’imaginer fin décembre, quand l’ASSE disait au revoir à 2017 sur une piteuse série de 10 matches sans victoires (3 nuls et 7 défaites) ?

Laurent HESS, à Geoffroy-Guichard