ASSE : les 3 enseignements de la qualification des Verts face à Croix (1-4)

Football Soccer - Anderlecht v AS Saint-Etienne - UEFA Europa League groupstage - Group C - Constant Vanden Stock Stadium, Brussels, Belgium  - 08/12/2016. Saint-Etienne's Alexander Soderlund celebrates during the match.

Face à Croix (CFA), l’ASSE a mis plus de temps que prévu pour valider son billet pour les 16es de finale de la Coupe de France (1-4). Voici ce qu’il faut retenir de la rencontre.

Hamouma, Veretout et Maisonnial sont décisifs

Robert Herbin explique régulièrement que Romain Hamouma est le joueur le plus décisif des Verts et ce constat s’est encore vérifié ce dimanche. Le milieu offensif de l’ASSE a en effet ouvert le score sur une déviation heureuse mais intelligente en première période. Il a été parfaitement secondé par Jordan Veretout, buteur sur le 2 à 1 d’une frappe croisée du gauche. C’est déjà lui qui avait tiré au but sur l’ouverture du score. Derrière, après des débuts prometteurs fin 2016, Anthony Maisonnial a aussi été décisif avec une sortie impeccable sur un contre croisien (64e)… alors que le score était de 1-2. A noter enfin qu’Alexander Söderlund, après 75 minutes transparentes, a eu le mérite de ne rien lâcher et de planter le but du 3-1 de la tête.

Les Verts encore à la peine dans le jeu

Si Christophe Galtier comptait avoir piqué ses joueurs au vif fin décembre, il s’est trompé : les Verts n’ont pas flambé dans le jeu. Face à des amateurs, l’ASSE a eu toutes les peines du monde à se faire respecter et, surtout, à mettre en place un plan de jeu cohérent. Sur les côtés, par exemple, Kevin Monnet-Paquet et Kevin Malcuit ont tenté mais avec trop de déchet. Pierre-Yves Polomat, plutôt discret, a toutefois su faire preuve de patience pour délivrer une passe décisive sur son côté gauche en direction de Söderlund. Au milieu, les amateurs n’ont pas non plus été ridicules malgré la prestation honorable de Fabien Lemoine.

Les entames de période, c’est toujours compliqué

On le sait, l’ASSE est une équipe à réaction mais, face à des amateurs, on aurait pu penser que la donne allait changer. Non. A chaque début de période, les Verts ont été dominés par leurs adversaires. Heureusement pour eux, ils ne se sont pas montrés très tranchants. Manque de punch, manque de fraîcheur ? On attend une explication qui tient enfin la route car si Croix n’avait pas eu de contrecoup physique après l’heure de jeu, les Verts n’auraient sans doute pas eu cette fin de match plus simple à gérer. Face à Nancy, par exemple, ce n’était pas passé en Coupe de la Ligue.

JP