ASSE – L’humeur de Laurent Hess : “Mathieu, on t’aime !”

Notre correspondant à Saint-Etienne, Laurent Hess, se livre à une véritable déclaration d’amour à l’attention de Mathieu Debuchy, buteur hier à Strasbourg.

“Tout ceux qui me connaissent le savent bien : je ne suis pas homosexuel, ou alors purée, c’est vraiment bien caché. Et ils savent aussi que je n’ai rien contre les “homos”, ce qui est également le cas, évidemment, de l’ami Denis Balbir, à qui ceux qui cherchent des noises sont vraiment des… des enquiquineurs. Mais il faut que j’avoue, et j’espère que ma copine ne m’en voudra pas, qu’un homme est en train d’entrer dans mon cœur depuis déjà quelques mois. C’est un beau footballeur, bien musclé et tout et tout. Il s’appelle Mathieu Debuchy. L’ancien “Gunner” est plutôt beau gosse avec sa gueule de viking et ses tatouages, et c’est en plus quelqu’un de généreux puisqu’il a fait une croix sur son joli contrat à Arsenal pour revenir jouer au foot du côté de “Sainté”.

Mais c’est plus par rapport à ce qu’il fait sur le terrain qu’il m’a donné envie de lui écrire cette lettre d’amour. Mathieu, il faut que tu saches que je t’aime, et je sais que je ne suis pas le seul supporter stéphanois, homo ou pas, à être tombé sous son charme depuis que tu as rejoint l’ASSE. Je ne sais pas si tu te souviens de moi. Je ne t’ai pas encore interviewé. Mais la première fois que l’on s’est croisés, à L’Etrat, juste après ton premier but à Angers, je t’avais serré la main en te glissant un petit : “J’adore ce que tu fais”. C’est à Lyon que mes sentiments ont commencé à prendre forme. J’étais au Matmut OL Land Aulas Stadium de Décines et après ton égalisation, je crois que j’aurais été capable de te faire un petit bisou, pt’être même sur la bouche.

“Comme tous tes autres amoureux, je ne veux pas que tu partes”

Contre Paris aussi, tu nous a tous mis dans tous nos états, mais impossible de t’en vouloir : on le voit bien depuis que tu es là, marquer, c’est plus fort que toi ! Mathieu, j’ai un truc super sérieux à te dire, et là je ne plaisante pas. C’est même pas drôle du tout : le maillot vert te va trop bien pour que tu ne le portes pas encore la saison prochaine sur les terrains de France et d’Europe, toi qui est en train d’amener l’ASSE tout droit en Ligue Europa. Comme tous tes autres amoureux, je ne veux pas que tu partes. T’es à nous oh ! Tu nous fais trop vibrer, trop rêver depuis que tu es là.

Et les sentiments se sont encore renforcés samedi soir. A Nantes déjà, tu avais marqué du gauche, en arrachant tout. Tu as récidivé à Strasbourg, offrant ainsi aux Verts une victoire inespérée vu leur tout petit match. Alors comme tu es notre Zorro à nous Mathieu, je voulais t’écrire une petite chanson. La voilà : “Un défenseur qui surgit hors de la nuit, cours vers le but adverse au galop. Son nom, il le signe à la pointe de ses crampons, d’un D qui veut dire Debuchy. Debuchy, Debuchyyy, joueur rusé qui fait sa loi. Debuchy, Debuchyyy, vainqueur tu l’es à chaque fois. Debuchy, Debuchyyy…” Continue comme ça, Mathieu, et tu peux même aller en Russie cet été. Mais surtout, après, déconne pas hein, tu reviens !”

R.N.