ASSE : Strasbourg, première des six finales pour l’Europe

Mal récompensés de leur grand match contre le PSG (1-1), les Verts doivent aller récupérer les deux points perdus dans le temps additionnel à Strasbourg.

Pendant toute une mi-temps, la première, il n’y a eu qu’une seule équipe sur le terrain, vendredi dernier à Geoffroy-Guichard. Pour le dernier match de gala de la saison dans le Chaudron, l’ASSE a tellement dominé le PSG qu’on pouvait se demander si cette équipe en jaune était bien le futur champion de France… De toute évidence, les Parisiens n’étaient pas très concernés après leur victoire en Coupe de la Ligue face à des Monégasques qu’ils retrouveront dimanche soir pour valider leur nouveau titre, au Parc des Princes, mais les Verts n’en ont pas pleinement profité. Conquérants, déterminés, séduisants dans le jeu, les hommes de Jean-Louis Gasset ont fait le match que l’on attendait d’eux. Mais pour ne pas avoir enfoncé le clou après l’ouverture du score de Rémy Cabella, ce qui devait arriver arriva, comme l’a dit Yann M’Vila, avec l’égalisation du malheureux Mathieu Debuchy contre son camp, sur la toute dernière action de la rencontre. Un scénario cruel, mais à 10 contre 11, le PSG avait manqué deux balles d’égalisation juste avant, par Edinson Cavani, dans une fin de match complètement folle.

Toujours à 4 points du 5e

Ce match contre le PSG, l’ASSE aurait dû le tuer bien avant, avec ce penalty raté de Cabella, les occasions de Jonathan Bamba et d’Oussama Tannane. Mais Gasset avait raison d’être fier de ses joueurs au coup de sifflet final. Dans le jeu, dans l’état d’esprit, les Verts ont confirmé qu’ils avaient une vraie bonne équipe et qu’il faudra compter avec eux sur ce sprint final. Aucun doute à avoir : maintien en poche, Loïc Perrin et les siens sont déterminés à aller chercher l’Europe lors de ce dernier mois de compétition. Il ne reste plus que 6 matches pour le faire, et l’ASSE est plus que jamais dans la course. Le week-end dernier, aucun de ses concurrents directs ne s’est imposé. Rennes et Nice se sont neutralisés, Nantes s’est incliné à Monaco et Montpellier est allé chercher un bon point à Marseille. Avant d’aller défier les Montpelliérains chez eux, les Verts, toujours à 4 points du 5e, Rennes, ont deux matches à disputer face à des équipes qui luttent pour leur maintien : à Strasbourg samedi et face à Troyes le week-end suivant. A eux de faire le plein, car le temps presse désormais, surtout que leur goal average est nettement moins bon que celui des autres candidats à l’Europe. Lors de ce déplacement à la Meinau, on suivra avec attention les choix de Gasset, et en particulier le sort qu’il réservera à Robert Beric, laissé sur le banc lors des deux dernières journées au profit d’un Paul-Georges Ntep qui est encore apparu très loin de son meilleur niveau, voire même franchement inquiétant, lors de ses entrées en jeu à Nantes et contre Paris…

Laurent Hess