RC Lens – AC Ajaccio (2-0) : l’essentiel de la victoire des Sang et Or en 4 points

En battant l’AC Ajaccio (2-0, buts de Djiman Koukou et Kévin Fortuné), le RC Lens a remis la marche en avant ce mardi soir à Bollaert. Voici ce qu’il faut retenir.

Un résultat importantissime au classement

En perdition ces dernières semaines, Bourg-en-Bresse s’est réveillé ce soir face à Orléans (4-0) tout comme Rouen-Quevilly, large vainqueur du Tours FC (4-0). Autant dire que les Sang et Or avaient besoin de cette victoire pour ne pas replonger à la place de barragiste. Les Lensois ont même profité de la soirée pour gagner une place au classement en profitant de la chute de l’ASNL chez elle face au Havre.

Un Lens en réussite… Même dans son malheur

Cela n’a pas toujours été le cas cette saison alors autant en profiter : ce soir, les Artésiens ont eu de la réussite. Si Jérémy Vachoux a encore une fois été très bon, le portier des Sang et Or a été suppléé par sa transversale sur un coup de canon de Joris Sainati (34e) alors que le score n’était que de 1-0 ou cette situation incroyable raté de Yoane Wissa (65e) qui avait l’occasion de relancer le match. Par ailleurs, la très belle ouverture du score est oeuvre de Djiman Koukou, qui n’était pas titulaire mais qui a profité de la blessure précoce du capitaine Clément Chantôme (10e) pour rentrer en jeu.

Eric Sikora plus inspiré dans ses choix qu’au Havre

Contrairement au match du Havre, Eric Sikora a été plus inspiré dans ses changements. Le choix de basculer Jean-Kevin Duverne latéral droit fut intéressant. S’il a été sifflé par une partie du public qui attendait l’entrée en jeu de l’idole Cristian Lopez, Moussa Maazou a montré de l’envie à défaut d’avoir toujours été juste dans ses choix. Enfin le duo Abdallah Zoubir – Kévin Fortuné qui a bien combiné sur le but du 2-0 (45e+2). De quoi leur redonner un peu de confiance.

Drôle d’ambiance à Bollaert

Encore une fois et malgré le froid, la date et l’horaire, on a vu une tribune Marek très chaude à Bollaert. Après, si on peut comprendre que le nom de Cristian Lopez soit scandé durant tout l’échauffement et jusqu’à sa rentrée à la 86e minute, on a en revanche plus de mal avec les sifflets contre Moussa Maazou. Le Nigérien s’est beaucoup démené sur le front de l’attaque et il ne méritait pas ça…

Arnaud Carond