RC Lens : quelles conséquences en cas d’échec dans la course à la montée en L1 ?

Vendredi soir (20h30), le RC Lens joue face à Niort le dernier match de la saison en Ligue 2 avec le rêve toujours présent d’une remontée dans l’élite. Que peut-il se passer en cas d’échec ? Eléments de réponse.

Les Sang et Or ne jouent pas leur peau…

Gervais Martel l’avait dit il y a un an avec l’arrivée de Solferino, le Racing entrait dans un plan sur deux ans avec pour objectif de remonter en Ligue 1. Là, on s’achemine vers la fin de la première année et les actionnaires sauront se montrer patients même si les Sang et Or échouent au pied du podium ou en barrages. Même si le club a été contraint de présenter des comptes et un prévisionnel incomplets à la DNCG du fait de l’incertitude sur la division dans laquelle évoluera Lens l’an prochain, il n’y a, a priori, aucun risque pour la pérennité du club. L’Atletico Madrid et Amber Capital veillant à ce que le passage devant le gendarme financier se déroule sans accroc.

… Mais pourraient perdre quelques pépites

Solferino remettra-t-il au pot ou vendra-t-il quelques joueurs pour équilibrer les comptes et offrir un budget recrutement au sportif ? Certains éléments rodés aux joutes de Ligue 2 n’auront-ils pas envie de voir plus haut ? Stagner en Ligue 2 pour une troisième année consécutive risque de semer le doute sur l’avenir de quelques joueurs. Parmi les partants potentiels, on pense à Karim Hafez, seulement prêté par Lierse, Benjamin Bourigeaud (qui rêve d’évoluer en L1 et plait à Nice), John Bostock ou encore Jean-Kévin Duverne, lequel représente la plus grosse valeur marchande potentielle de l’effectif.

Budget moindre et attractivité (un peu) moindre

Sur l’exercice 2016-2017, le budget annoncé du RC Lens était de 18 M€. Il sera sans doute équivalent l’an prochain si le club ne monte pas. A contrario, en cas de Ligue 1, celui-ci aurait pu avoisiner les 30 M€ grâce au changement de braquet sur les droits TV. Forcément, cela change la donne sur les moyens à mettre dans le recrutement. Quant à l’attractivité pour les recrues, si elle reste importante en Ligue 2 du fait de la renommée du Racing et de l’ambiance de Bollaert, le fait de ne pas évoluer dans l’élite peut faire rater quelques coups.

Casanova sera maintenu quand même

Qu’il atteigne ou non l’objectif montée, le coach du RC Lens ne joue pas son poste sur ce match. L’ancien coach de Toulouse, qui a un temps été contesté par les supporters cette saison mais a malgré tout figuré dans les 4 nommés au titre de meilleur coach aux Trophées UNFP, a signé pour deux ans et une année supplémentaire en option en cas de montée. Il aura encore un an pour mener le RCL vers la Ligue 1. De plus, Alain Casanova jouit d’une confiance totale de la part de Gervais Martel et du board de Solferino. Ça compte…

Alexandre CORBOZ