France – Belgique (1-0) : Héroïque Lloris, monstrueux Varane, les notes des Bleus

L’équipe de France affrontait ce soir la Belgique en demi-finale de la Coupe du monde. Résultat, une victoire 1-0 et une place en finale de l’épreuve. Voici les notes des joueurs de Didier Deschamps.

Lloris : 9. La race des très, très grands. Première sortie, parfaite, du poing devant Lukaku (20e), ainsi qu’un arrêt tout simplement magistral (21e) sur une frappe en pivot d’Alderweireld. Sa troisième intervention ? Une parade, une de plus, sur un missile de Witsel (81e). A chaque match, Lloris est décisif. La race des grands, on vous dit.

Hernandez : 6,5. Toujours le même constat. En première période, il n’est jamais débordé par Chadli en un-contre-un. Mais attend la 25e minute pour (enfin) adresser un premier centre et la fin du premier acte, à l’image des Bleus, pour se porter devant. On retiendra une fois encore un match solide, notamment en fin de rencontre alors que l’équipe de France se cantonnait dans ses 25 derniers mètres.

Umtiti : 7,5. Moins sollicité que Raphaël Varane en début de match. Parfait devant Lukaku (28e), mais un loupé (45e) heureusement sans conséquence, face au même Lukaku. Son timing est parfait pour ouvrir le score sur corner, au retour des vestiaires (51e). Son troisième but en équipe de France, le neuvième de sa carrière. A grandement contribué au non-match de l’avant-centre belge, moins en vue que face au Brésil.

Varane : 9. A se demander ce que le Madrilène ne sait pas faire. Placement, anticipation, Varane a été parfait lors de la première période. Avec un début de match monstrueux, comme à son habitude. Première interception pleine d’à-propos (9e) devant Eden Hazard. Dévie, fort heureusement, un missile du milieu de terrain belge(19e). Précieux dans la surface sur un dégagement de la tête (61e), idem face à Lukaku (66e). Varane réussit une exceptionnelle Coupe du monde.

Pavard : 6,5. Début de rencontre ô combien difficile se retrouvant (trop) seul face à Hazard. LA grosse occasion de la première période est pour lui, seul face à Courtois, qui parvient à sortir sa frappe du pied droit (39e). Au même titre qu’Hernandez, n’a par la suite jamais été pris au dépourvu. ce qu’on lui demande.

Kanté : 7. L’infatigable récupérateur s’est montré, au début, plus discret. Moins décisif qu’à l’habitude, ne parvenant pas à couper les transversales des Diables Rouges. Ca n’a guère duré et on a vite retrouvé le poumon des Blues de Chelsea.

Pogba : 6,5. A  l’aise balle au pied et efficace dans ses transmissions. Belle ouverture pour Mbappé pour la première situation dangereuse des Bleus (12e). A lui-aussi sacrifié du jus pour revenir et défendre le but d’avance.

Matuidi : 7,5. Sa tâche s’annonçait compliquée face à la volonté (immédiate) des Belges d’étirer le bloc français au maximum. S’est donc positionné très bas. Une belle frappe en demi-volée (18e) et une activité à louer. 8 kilomètres parcourus à l’heure de jeu ! Une expérience précieuse et un placement proche de la perfection.

Griezmann : 6,5. Guère aidé par le début de match timide des Bleus, regroupés derrière. Il n’a pas touché le moindre ballon au cours des dix premières minutes, sept (seulement) en trente minutes. Une frappe dévissée du pied droit (33e) avant qu’il recule et parvienne à distiller quelques bons ballons. A beaucoup oeuvré sur le plan défensif. Et délivre une nouvelle passe décisive sur son corner (gagnant) pour Umtiti.

Giroud : 5. Spectateur des débats en début de match, au même titre que les attaquants français. Avant de se rendre efficace au pressing (16e) et de gêner la relance adverse. Bonne tête sur un centre de Pavard (31e) qui effleure le cadre de Courtois. Manque ensuite de vitesse et, surtout, de précision alors qu’il est idéalement servi par Mbappé (34e) dans la surface de réparation. Trop lent dans son contrôle orienté, servi par Matuidi (50e). Loupe encore un face-à face devant Courtois (56e), contré par Dembélé. Bref, la finition n’a pas été son fort ce soir. Plutôt gênant pour un avant-centre…Remplacé par N’Zonzi (85e).

Mbappé : 7. Dix secondes lui ont suffi pour mystifier Vertonghen et provoquer la panique sur le côté gauche de la défense belge. Beaucoup plus discret par la suite. Il sert toutefois, et parfaitement, Giroud et Pavard pour deux occasions franches. Pris à deux par la défense belge, ce qui l’a rendu moins décisif. Au retour des vestiaires, il met à nouveau le feu, provoque, passe et sert même Giroud idéalement (56e). Précieux dans la conservation du ballon.

B.D.