ASSE – L’oeil de Denis Balbir : « Déjà une grosse tâche dans la saison des Verts »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1 et des Verts. Retour sur la difficile période post-derby traversée par l’ASSE.

« Après Dijon (élimination 6-3 en Coupe de France à Geoffroy-Guichard), supporters, staff et joueurs y sont tous allés de leurs qualificatifs. Sans prendre de gants. C’est toujours facile de se flageler après une prestation comme ça. Perdre chez soi face à un adversaire qui joue le maintien en Ligue 1, c’est déjà difficile. Etre mené 5-1 à la maison, concéder sa pire défaite à domicile depuis 66 ans, cela ne peut pas être anodin. Surtout que l’occasion était belle d’aller loin en Coupe de France cette année. L’ASSE a pris la compétition par dessus la jambe et c’est une honte !

« Toujours un petit relâchement après le derby »

Qu’on nous dise qu’il s’agit du meilleur effectif de l’AS Saint-Etienne depuis des années, ok. Mais il faut le prouver après chaque match et dans chaque compétition. On ne peut pas sortir des Coupes nationales de manière aussi lamentable. Je suis sûr que les Verts ont conscience qu’ils ont beaucoup à se faire pardonner auprès de leur public. Comme souvent, j’ai l’impression que l’ASSE a du mal à digérer sa défaite contre l’OL. A chaque fois, après les derbys perdus, il y a un petit relâchement.

J’ai le sentiment que c’est aussi une mauvaise manie stéphanoise de ne pas savoir profiter des moments où il convient de basculer. Après l’OM, on y avait pourtant cru. On s’était peut-être aussi laissé aspirer par le score qui était flatteur et uniquement dû aux exploits individuels de Wahbi Khazri. Est-ce que cette équipe stéphanoise se voit trop belle ? A-t-on une part de responsabilité à les avoir trop encensé ? Je me souviens que certains voyaient le retour de Rémy Cabella à l’ASSE comme s’il s’agissait de Zidane ou Platini dans le Forez. Avec tout le respect que j’ai pour Rémy Cabella et ses qualités, on est quand même loin du compte. Ces derniers temps, on a tendance à se rappeler que c’est aussi un joueur qui manque de régularité. Ce n’est qu’un exemple mais pas mal de choses m’interpellent.

« Le temps n’est pas venu de faire le procès des uns ou des autres »

Je suis inquiet quand j’entends ou lis des choses sur ces tensions existantes entre Stéphane Ruffier et Loïc Perrin. On ne parle pas d’un gamin qui se fait taper sur les doigts par un cadre mais de deux leaders de l’équipe qui commencent de manière assez régulière à avoir des frictions. Je ne sais pas si tout est vrai dans ce qui se raconte mais cela ressemble à un problème à gérer par le staff. L’un des autres soucis récurrents, c’est que certaines individualités sont dans le dur. Elles apportent moins voire plus du tout. Mais le temps n’est pas encore venu de faire le procès des uns ou des autres. Le souci est collectif. Cette période ressemble déjà à une grosse tâche dans la saison. Espérons que ce ne soit pas le début d’une dégringolade.

Gagner à Nantes, ce sera loin d’être facile. Encore moins recevoir Strasbourg, une équipe en pleine bourre actuellement. Pour espérer réagir, il faudra retrouver certaines vertues. Saint-Etienne est à la croisée des chemins au classement. Vu ce qui se passe, l’équipe peut finir au delà de la 5e place et ce serait une véritable déception par rapport aux objectifs. L’ASSE a basé son projet sur le court terme et ce serait très compliqué si le club venait à manquer son virage cette saison. D’ailleurs, je ne comprends pas qu’il n’y a pas davantage d’anticipation. On a pu s’en rendre compte contre Dijon et lors du derby : non seulement Saint-Etienne n’a pas de banc mais le club ne parvient pas non plus à valoriser ses jeunes. A terme, cela peut être un vrai problème… »

Recueilli par Alexandre CORBOZ