ASSE – L’oeil de Denis Balbir : « La priorité du Mercato se trouve aux deux extrémités »

Chaque lundi, Denis Balbir donne son avis sur l’actualité de Ligue 1. Le Mercato lancé, focus sur les premières priorités des Verts.

« Pour moi, les priorités de Saint-Etienne sur ce Mercato se trouvent aux deux extrémités : la défense et l’attaque. Par rapport à ce qui a pu se passer cette saison et à la fragilité physique dont est victime Loïc Perrin, je pense qu’il faut solidifier la défense. Sur la fin de saison, l’équipe était plus solide mais on a eu droit à un Stéphane Ruffier dans une forme impériale. A mes yeux, la venue d’un défenseur central d’avenir s’impose. Quelqu’un pouvant apprendre aux côtés du tandem Subotic – Perrin mais qui soit déjà un minimum aguerri. Ce n’est pas simple à trouver mais c’est ce dont Sainté a besoin. J’estime aussi que l’ASSE doit trouver un attaquant capable d’enchaîner les buts. Même si c’est bien d’avoir beaucoup de buteurs différents, trouver un vrai avant-centre ne serait pas un luxe. On pensait que Robert Beric pouvait répondre à son attente. Cela a été vrai avant sa blessure. On pensait qu’à son retour de prêt, ça pouvait le faire. Il a répondu en partie aux attentes mais pas suffisamment pour qu’on se dise qu’il n’y a besoin de personne d’autre.

« Cabella et Debuchy, des priorités ? Pour moi, non »

J’ai vu que l’AS Saint-Etienne avait commencé son Mercato avec la volonté de boucler les dossier Cabella et Debuchy. Est-ce vraiment prioritaire ? Pour moi, non… A moins que derrière ces dossiers se cachent de grosses affaires financières. Je ne m’oppose pas à la signature des deux joueurs. Au contraire. Ce serait deux bons renforts pour les Verts. Encore faut-il que les conditions correspondent. J’ai lu qu’on proposait trois années de contrat à Mathieu Debuchy. Je trouve que c’est un peu excessif pour un joueur de 32 ans. Même s’il s’agit d’un garçon adorable et d’un joueur efficace, je trouve que c’est trop. Le poste de latéral réclame de l’expérience, certes, mais aussi de la vitesse. L’aura-t-il encore à 34-35 ans ? Je pensais qu’un contrat de deux ans serait plus à propos. Concernant Cabella, ce serait une bonne chose qu’il reste. C’est un excellent joueur. Maintenant, à plus de 7 M€, ce serait quand même un gros coup de poker. Financièrement, je ne suis pas sûr que ce serait raisonnable.

« William Vainqueur, pour quoi faire ? »

Dans le sens des arrivées, on parle beaucoup de William Vainqueur. Dans ma lecture de ce qui a pu se passer cette saison, j’ai du mal à voir ce qu’il pourrait apporter à l’AS Saint-Etienne. Ce n’est pas que je doute de la valeur intrinsèque du joueur mais je ne vois pas comment ça peut être un renfort de poids dans l’entrejeu des Verts, le secteur qui fonctionnait sans doute le mieux grâce au tandem M’Vila – Selnaes. Depuis des années, le club parle d’intégrer des jeunes. Visiblement, on a des U17 et des U19 excellents. Sans parler d’en mettre six sur le terrain tout de suite, je me demande si on n’a pas, en interne, quelques William Vainqueur qui trainent. Si c’est pour amener de l’expérience dans l’équipe, ok. Mais est-ce réellement quelque chose de primordial pour les Verts ? Je n’en suis pas sûr. Après, je peux aussi me tromper.

« Plus embêtant de se séparer de Selnaes que de Beric »

Pour finir, un mot sur les possibles départs. La question se pose pour Robert Beric et Olé Selnaes a mis un petit coup de pression pour une prolongation ou une vente. Pour moi, si on a une vision froide et calculatrice des choses, c’est plus embêtant de se séparer du Norvégien que du Slovène. Selnaes représente encore l’avenir et peut s’avérer être une plus-value future s’il confirme la saison prochaine. Pour Beric, en revanche, il me semble qu’il est temps de tourner la page. Même si ce serait un petit déchirement pour moi car c’est vraiment quelqu’un pour qui j’ai beaucoup de tendresse et d’affection. Bien sûr, il a marqué des buts importants pour les Verts depuis son retour en janvier mais il n’a pas toujours été régulier. C’est quand même un joueur qui a connu une grave blessure et a eu beaucoup de mal à revenir. Si Jean-Louis Gasset et son staff l’ont laissé davantage sur le banc que sur le terrain depuis son retour, c’est bien qu’ils ont senti quelque chose… »

Recueilli par Alexandre CORBOZ