PSG, OL – L’œil de Denis Balbir : « Ce nul est plus rageant pour Lyon que pour Paris »

Après chaque journée de Ligue des Champions, Denis Balbir fait le point sur les prestations des clubs français. Retour sur Naples – PSG, OL – Hoffenheim et l’élimination prévisible de l’AS Monaco.

« Paris et Lyon ont vécu des scénarios similaires en se faisant reprendre par Naples (1-1) et Hoffenheim (2-2). A mon sens, le coup est quand même plus rude pour Lyon qui menait de deux buts à domicile et en supériorité numérique. Pour le PSG, faire un nul à Naples face à une équipe en bonne forme n’est pas un mauvais résultat. Au contraire. Pour l’OL, c’est plus rageant car à côté de ça, il y a une récurrence à se faire rejoindre. Comme à l’aller d’ailleurs. Après, je préfère retenir qu’au classement tout reste possible. Que ce soit pour Paris ou pour Lyon. Maintenant nos deux équipes ont le couteau sous la gorge de devront redoubler de vigilance.

« Lyon n’a jamais vraiment digéré l’après-Lacazette »

A Lyon, on a beaucoup parlé des problèmes défensifs. C’est un souci qui revient depuis des années maintenant. L’OL ne parvient pas à se doter d’une charnière centrale performante. Mais ce n’est pas l’unique problème : cette équipe manque aussi d’efficacité. J’ai le sentiment que Lyon n’a jamais vraiment digéré l’après-Lacazette. L’an dernier, Mariano Diaz était là. Certains le taxaient de bourrin qui tire de loin ou d’égoiste mais au moins lui marquait des buts. Les Aouar, Fekir, Memphis ou Traoré, c’est bien dans la préparation des actions, ce sont de beaux manieurs de ballons mais l’équipe manque d’un point d’appui, d’un finisseur. Si l’OL parvient à passer la phase de poule et veut continuer à être ambitieux, il devra chercher à s’améliorer au Mercato dans ces deux zones. Je sais que c’est difficile de trouver un grand attaquant maintenant Lyon est en mesure de se faire prêter quelqu’un venant d’un grand club. A un moment donné, avoir des joueurs élégants, ça ne suffit plus. Il faut quelqu’un d’efficace dans la surface.

« Pour Paris, il faut sortir de cette poule difficile »

Pour en revenir à Paris, je pense vraiment que l’équipe de Thomas Tuchel a ramené le point nécessaire pour rester en course. Bien sûr, il y a la déception d’avoir été repris sur penalty mais Paris est toujours maître de son destin. Le PSG a aussi eu la chance de voir Liverpool perdre à la surprise générale à Belgrade (0-2). Cela laisse une marge de rêve et de possibilité à Paris. C’est vraiment l’essentiel. Le PSG va devoir s’appuyer sur le jeu proposé face à Naples et battre les Reds au Parc le 24 novembre. C’est presque une finale. La clé de cette phase de poule est là même s’il ne faut pas non plus négliger l’Etoile Rouge, qui est invaincue dans son Marakana et qui aura sans doute à cœur de prouver à tout le monde qu’ils ont de la fierté. Les Serbes n’ont pas digéré leur lourde défaite à Paris (1-6). Ils ont été touché dans leur susceptibilité avec cette histoire de match truqué et on sent qu’ils veulent leur revanche face à ceux qui ont mis en doute leur loyauté. Gagner face à Liverpool est essentiel pour ne pas avoir à dépendre des autres avant le match de Belgrade. Il faut sortir de cette poule difficile. Premier ou second, peu importe la place. Je n’imagine pas l’échec du PSG dans cette phase de poule. Les joueurs ont conscience que la Ligue des Champions est vitale. C’est important pour le football français aussi. J’espère que tout le monde sera mobilisé derrière le PSG et l’OL.

« Monaco doit se reconcentrer sur sa survie »

Pour Monaco, humilié par Bruges (0-4), c’est fini. Rien ne va plus dans ce club. Que ce soit en coulisses ou sur le terrain, on voit bien que c’est une équipe trop handicapée par les blessures pour aller plus loin. Déjà sous Leonardo Jardim, c’était difficile. Thierry Henry arrive et l’infirmerie continue de se garnir avec Kamil Glik. Le Polonais n’est d’ailleurs plus que l’ombre du joueur qui a porté Monaco vers une demi-finale de C1 il y a deux ans. La situation de l’ASM est catastrophique. Le club est aux portes de la Ligue 2. Il ne faut pas se voiler la face. Quand on joue avec des jeunes de 17 ans, aussi talentueux soit-il, c’est difficile d’exister en Ligue des Champions ou en championnat. A mon sens, Monaco doit vraiment oublier l’Europe et se reconcentrer sur sa survie dans l’élite…

Recueilli par Alexandre CORBOZ