RC Lens – L’oeil de Denis Balbir : « La situation n’est clairement pas catastrophique »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité du football français. Détour en Ligue 2 où le RC Lens, battu à Valenciennes (2-4) n’y arrive plus (4e à cinq points de Metz).

« La défaite dans le derby du Nord face à Valenciennes (2-4) plonge le RC Lens dans le doute. Après Le Havre et Châteauroux à la maison, il s’agit de la troisième fois consécutive que les Sang et Or perdent en Ligue 2. C’est dommage mais rien n’est fini dans la course à la montée. Le haut de tableau reste très serré et tout le monde s’expose à des séries négatives comme celle qui touche les Lensois actuellement. Même Metz qu’on pensait en capacité de se détacher en début de saison ne parvient pas à décrocher ses rivaux. Il n’y a pas encore péril à la demeure mais attention quand même. Sur les deux dernières saisons, le Racing a vécu des désillusions, raté des coches importants. Espérons que ces mauvaises expériences passées ne perturbent pas psychologiquement le club dans le présent. Je suis un peu inquiet.

« Il faut appeler à la mobilisation générale »

Le carton rouge de Walid Mesloub, l’un des hommes les plus importants du onze de Philippe Montanier cette saison, est aussi une mauvaise nouvelle dans l’optique des prochaines échéances. Maintenant il reste beaucoup de matches pour se ressaissir. Il faudrait que le club parvienne à amorcer une nouvelle série positive après la trêve, à commencer par la réception de Grenoble le 24 novembre prochain. L’équilibre est fragile mais la situation n’est clairement pas catastrophique. En début de saison, l’attaque et la défense étaient les points forts de cette équipe. En ce moment, le Racing prend des buts et en marque moins. Le propre des grands clubs est de savoir garder la tête froide pour se relever. Il ne faut surtout pas perdre les pédales. La rigueur dans les deux surfaces va revenir. Ce club a une force que d’autres n’ont pas forcément : l’aide du public. Quand on pense qu’ils étaient pas loin de 25 000 pour le dernier match à Bollaert face à Châteauroux, il faut jouer là-dessus et en appeler à la mobilisation générale.

« Je condamne le vandalisme et l’attitude de Dabo »

Un dernier mot sur la fin de match houleuse et les dégradations au stade du Hainaut. D’abord, je tiens à condamner les actes de vandalisme de certains supporters lensois. Mais il convient aussi à pointer du doigt l’attitude du valenciennois Elhadj Dabo qui est venu provoquer le parcage lensois. Dans les derbys ASSE – OL, on a beaucoup parlé de Nabil Fekir ou de Joël Bats. Chambrer les supporters adverses, je ne trouve pas ça bien. Ce sont des joueurs professionnels et ils doivent maîtriser leurs nerfs. Je peux comprendre que Valenciennes, qui avait besoin de points, soit heureux de battre Lens maintenant ce genre de gestes n’est pas utile pour montrer sa joie. C’est mettre inutilement le feu aux poudres. Pour moi, c’est trop facile de s’excuser à posteriori en disant que c’était une réaction à chaud. On tape facilement sur les supporters, on fait des amalgames sur tout un public quand quelques uns franchissent la ligne jaune mais il faut bien comprendre que les fans accompagnent partout leurs équipes, font des kilomètres et paient leur place. Si en plus ils se font allumer par les joueurs adverses… Pour moi, c’est aux clubs de sévir et de sanctionner en interne les provocations de ce genre. Les relations entre supporters et LFP sont déjà suffisamment compliquées. Le football français n’a pas besoin de ça… »

Recueilli par Alexandre CORBOZ