Juventus : Cristiano Ronaldo charge le Real Madrid pour se défendre dans son affaire de viol

Selon sa défense, Cristiano Ronaldo aurait été incité par le Real Madrid à acheter le silence de Kathryn Mayorga contre son gré dans l’affaire de viol présumé qui éclabousse la star.

Accusé de viol par l’américaine Kathryn Mayorga pour des faits datant de l’été 2009, Cristiano Ronaldo semble avoir pris la mesure de l’affaire dans laquelle il est empêtré… Et a entamé sa ligne de défense.

« Ses motivations pour le signer ont été déformées »

Mercredi soir, par le biais d’un communiqué de ses avocats, l’attaquant de la Juventus de Turin s’est exprimé : « Il a toujours maintenu, et le maintient encore aujourd’hui, que ce qu’il s’est passé en 2009 à Las Vegas était de nature consentie (…) Si monsieur Ronaldo ne nie pas l’existence d’un accord mutuel, ses motivations pour le signer ont été déformées. Loin de tout aveu de culpabilité ou d’arrière-pensée, il a été conseillé à monsieur Ronaldo de résoudre l’affaire en privé, pour lui éviter d’affronter d’inévitables assauts qui sont en train de tenter de détruire une réputation construite par le travail, le sport et l’honneur », a fait savoir le cabinet d’avocats travaillant pour Cristiano Ronaldo.

Florentino Perez mis au courant dès 2010 ?

Derrière, « il a été conseillé à monsieur Ronaldo » du communiqué planerait l’ombre du Real Madrid selon le Correio de Manha. La direction du club merengue, qui venait d’acheter la star pour 94 M€ à l’époque, lui aurait alors suggéré de payer pour étouffer l’affaire et ainsi éviter de salir par ricochet l’image de l’institution. Après hésitation, CR7 se serait alors laissé convaincre. Une version laissant clairement entendre que Florentino Perez était au parfum de toute l’affaire dès 2010. Concernant les ultimes preuves révélées par Der Spiegel, la défense les démonte comme un mauvais travail de hacker : « Un média a publié de manière irresponsable les documents volés, une partie significative ayant été altérée et/ou complètement fabriquée ».

Arnaud Carond