ASSE – OM (2-1) : Khazri, Payet, Ruffier… les enseignements de Gasset et Garcia

ASSE : Ruffier n'est pas le seul à vouloir faire taire des bouches

Les entraîneurs respectifs de l’ASSE et de l’OM Jean-Louis Gasset et Rudi Garcia sont passés devant la presse après la victoire des Verts sur les Marseillais mercredi à Geoffroy-Guichard (2-1).

La victoire de prestige devant l’OM n’est pas une fin en soi pour Jean-Louis Gasset (2-1). Loin de là. L’entraîneur de l’ASSE estime en effet que rien n’est encore acquis pour les Verts et encore moins pour le seul Wahbi Khazri, pourtant auteur d’un doublé face aux Marseillais.

« Est-ce que j’ai dit merci à Khazri ? Pourquoi qu’à lui ? Merci à l’équipe, au public, à Ruffier, à Perrin, à M’Vila. Il a fini le travail, il est le dernier maillon de la chaîne. Il a très bien fait son travail comme la majorité de l’équipe, a-t-il affirmé après la rencontre. Si on nous avait dit en début de saison que nous serions devant Lyon avant le derby, nous aurions souri. Nous avons huit victoires et deux résultats nuls à domicile. Cela veut dire que nous avons un état d’esprit, comme notre public qui souffre avec nous et qui sait que l’on va tout donner. C’est une victoire un peu heureuse. Maintenant, on va se préparer pour le derby. » 

Rudi Garcia, de son côté, n’était pas forcément pessimiste après ce nouveau revers. « Je suis satisfait de ce que les joueurs ont montré, mais on ne peut pas les féliciter puis-qu’on a perdu. Il faut mieux gérer les détails, on a fait un match de haut niveau face à une belle équipe en confiance. Mais j’ai trouvé que mon équipe avait été solidaire, déterminée, a-t-il expliqué devant les médias. On ne peut pas faire une telle performance et perdre comme ça. Tout n’est pas de notre faute, mais c’est quand même de notre faute. Je crois qu’on a eu neuf situations, même si Ruffier a brillé, j’ai eu la sensation qu’on l’avait fait briller aussi parfois. » 

Concernant l’absence de Dimitri Payet au coup d’envoi, l’entraîneur de l’OM avance son explication : « J’avais besoin de percussion, de vitesse, de courses, et ceux qui étaient sur la pelouse les ont apportées. On aurait pu faire mieux, même moi j’aurais peut-être dû changer plus vite mes joueurs, a-t-il poursuivi. Le podium est-il encore envisageable ? Si on gagnait, on s’en rapprochait, mais on a perdu… On a grillé une cartouche. Il nous en reste une avec la réception de Bordeaux, mais il faut penser à Caen avant. »

JP

Rejoignez notre chaîne But! Football Club pour encore plus de contenus sur le monde du ballon rond.