Girondins – Zénith (1-1) : première amère pour DaGrosa et Longuépée

Un match terne, un résultat qui condamne quasiment le club, un stade au trois-quarts vides… Joseph DaGrosa et Frédéric Longuépée ont connu de tristes débuts avec les Girondins de Bordeaux.

Joseph DaGrosa avait surpris en expliquant lors de sa première interview en tant que propriétaire des Girondins de Bordeaux que l’un de ses objectifs était d’améliorer la restauration au Matmut Atlantique. Lui qui était présent dans les tribunes ce soir pour le match contre le Zénith Saint-Pétersbourg aux côtés du président, Frédéric Longuépée, a pu se rendre compte qu’il y avait des chantiers bien plus importants.

A commencer, bien sûr, par renforcer une équipe qui a certes du potentiel mais qui est tout de même très loin des attentes du public. Ce soir, les Girondins ont bien bougé les Russes pendant la première demi-heure. Ils ont touché le poteau avant d’ouvrir le score par François Kamano. Mais quand le Zénith s’est réveillé, l’égalisation n’a plus fait de doute. Elle a mis du temps à arriver (72e) mais elle semblait inéluctable.

Autre priorité de la nouvelle direction : remplir le stade. Ce soir, il n’y avait que 8.907 spectateurs. OK, l’Europa League ne fait pas rêver et les Girondins avaient perdu tous leurs matches jusque là. OK, DaGrosa et Longuépée veulent améliorer l’accès à l’enceinte. Mais le principal problème n’est pas là. Les supporters ont déserté les gradins depuis des années. Faute de résultats et de spectacle. Ce soir, la nouvelle équipe dirigeante a pu se rendre compte à quel point le chantier qui l’attend est colossal.

R.N.