FC Nantes, Girondins : l’affaire Mogi Bayat n’éclabousse pas encore la Ligue 1

Interpellé en Belgique dans le cadre d’un scandale de matches truqués et blanchiment d’argents, Mogi Bayat ne cause pour l’instant pas de tords à ses meilleurs clients français.

Placé au cœur de l’échéquier dans l’affaire qui secoue le football belge, l’influent agent de joueurs Mogi Bayat a été interpellé mercredi. Forcément, les regards se sont tournés vers le FC Nantes et – dans une moindre mesure – les Girondins de Bordeaux, deux clubs où l’homme d’affaires belgo-iranien avait ses entrées.

S’il y a eu 44 perquisitions en Belgique, 13 perquisitions à l’étranger (dont en France), la Dernière Heure et l’AFP l’assure : les deux clubs de l’Atlantique ne sont pas inquiétés à ce stade de l’enquête. Une communication plus précise du parquet fédéral belge doit intervenir en fin de journée.

Ancien dirigeant du Sporting de Charleroi, Mogi Bayat s’était imposé ces dernières années comme la personne à connaître pour exfiltrer les meilleurs joueurs de Jupiler Pro League ou originaire du Plat Pays. Les directions du FC Nantes (Koulibaly, Kayembe, Mbodji, Limbombé…) et des Girondins de Bordeaux (Kalu, Jovanovic…) nourrissaient notamment d’excellentes relations avec cet agent belge.

Arnaud Carond