LOSC : ces trois données rassurantes pour Antonetti (1-1)

Malgré un nul concédé à domicile contre Qabala (1-1), Frédéric Antonetti peut tirer quelques enseignements rassurants du match.

Une force de caractère intéressante

Pour son entrée en lice officielle dans la saison, le LOSC ne pouvait pas faire pire. Le fameux but à l’extérieur encaissé avant le quart d’heure de jeu, après avoir eu déjà très chaud peu avant, aurait pu casser totalement la dynamique nordiste. Mais malgré quelques alertes par la suite, les joueurs de Frédéric Antonetti ont affiché une belle réaction avec une montée en puissance tout le match. En deuxième période, les Dogues ont même copieusement dominé une formation de Qabala qui avait les jambes lourdes. Cela aurait mérité un tout autre score final.

Eder a une vraie doublure

Avec le départ de Sehrou Guirassy et le replacement de Benzia au poste de milieu de terrain, on pouvait craindre un déficit au poste d’avant-centre. Mais Ryan Mendes, aligné à la pointe de l’attaque, a donné quelques garanties pour jouer les doublures d’Eder. Le Cap-Verdien n’a certes pas réalisé le match parfait, mais c’est lui qui a égalisé en deuxième période en montrant des vraies qualités de renard des surfaces. Plutôt rassurant.

Des cadres qui répondent présent

Si le petit nouveau du LOSC au coup d’envoi, Julian Palmieri, s’est montré plutôt discret, plusieurs cadres nordistes ont su répondre présent. Sébastien Corchia s’est bien rattrapé du but qui vient de son côté avec une belle activité sur son côté droit. Renato Civelli a été impérial dans l’axe et a apporté le danger offensivement. Et comme souvent, Vincent Enyeama a répondu présent quand cela a été nécessaire pour maintenir les Dogues dans le match.

Julien Pédebos