LOSC : la DNCG met un coup de pression avant le grand oral de l’intersaison

LOSC : la DNCG met un coup de pression avant le grand oral de l'intersaison

En punissant le LOSC et Marc Ingla avant le grand audit de fin de saison, la DNCG s’est rappelée au bon souvenir du club nordiste.

L’information est tombée hier soir et elle a été un peu avalée par l’actualité footballistique assez riche de lundi. La DNCG a fait savoir, par le biais d’un communiqué, qu’elle sanctionnait le LOSC. Une sanction plus symbolique que violente à l’égard du club nordiste qui a écopé d’une amende de 50 000€ «  pour communication erronée dans les informations adressées à la DNCG à l’occasion du contrôle juridique et financier du club ».

Le gendarme financier du football français a également pointé du doigt la responsabilité du bras droit de Gérard Lopez, l’Espagnol Marc Ingla ayant été suspendu trois mois avec sursis pour cette faute.

Alors que tout va bien sportivement au LOSC et que le club disputera la prochaine Ligue des Champions avec les retombées financières associées, la DNCG a – semble-t-il – tenu à envoyer un message avant l’audit des dirigeants nordistes qui doit intervenir entre la fin du mois de mai et le milieu du mois de juin.

Une manière de rappeler à Gérard Lopez ses engagements ?

En effet, comme tout club professionnel français, le LOSC doit présenter ses comptes pour l’édition 2018-2019 ainsi qu’un budget prévisionnel 2019-2020 à la commission de contrôle des clubs professionnels. Un rappel à l’ordre de la DNCG, laquelle ne manque pas l’occasion de rappeler à Gérard Lopez que, malgré l’abandon de créances consenti par ses partenaires, des engagements ont été pris.

A chacune de ses sorties médiatiques, Gérard Lopez s’est d’ailleurs montré très clair sur le projet lillois. Cet été, le LOSC doit vendre pour 120 M€ s’il veut en retour réinvestir pour 60 M€ dans de nouveaux joueurs. Rappelons que, pour l’heure, le fair-play financier de l’UEFA laisse tranquille les Dogues. La raison ? Lille n’ayant pas participé aux coupes européennes ces deux dernières saisons, l’ICFC laisse à la discrétion des DNCG de chaque pays le soin de sanctionner ou non les clubs. A moins qu’une procédure spéciale soit ouverte, ce n’est qu’à l’issue de la saison 2019-2020 que Lille sera automatique contrôlée par l’UEFA et devra alors présenter un déficit régulé à 30 M€ sur les trois dernières saisons pour s’éviter des sanctions.

Alexandre CORBOZ