LOSC : Le phénomène « Bip-Bip » expliqué à son origine

Bamba, Ikoné, Pépé sont les trois canonniers du LOSC (14 des 17 buts) en ce début de saison. Et ils ont logiquement été surnommés Bip-Bip par les supporters. Explication du phénomène.

Plutôt rare, dans le football moderne, que des joueurs arrivent à se trouver les yeux fermés sur un terrain sans que quelques liens d’amitiés n’existent par ailleurs. Cela est déjà arrivé, certes, et il n’est pas nécessairement besoin que la magie opère loin du rectangle vert pour que des attaquants ou des milieux de terrain se passent sans cesse le cuir quatre-vingt dix minutes durant.

A Lille, depuis le début de la saison, il y a toutefois un trio et le reste de l’équipe. Surnommé « Bip-Bip » par les supporters, qui dévaste tout sur son passage (l’AS Saint-Etienne a récemment pu en témoigner) et qui se constitue, vous l’aurez compris, de Jonathan Bamba, Nicolas Pépé et de Jonathan Ikoné. Si l’on se réfère aux propos de Bamba, publiés sur le site officiel du club lillois, il apparaît, et plutôt clairement, que la (très) bonne entente entre les trois compères explique beaucoup de choses.

Extrait de l’entretien accordé par l’ancien stéphanois. « Lorsque je suis arrivé en prêt à Angers, on ne se connaissait pas du tout avec Nicolas (Pépé). Mais on a tout de suite accroché. Notre relation s’est vraiment construite naturellement, que ce soit sur le terrain ou en dehors. Il faut dire qu’on était les deux plus jeunes de l’équipe, on était donc souvent ensemble(…)Notre complicité, à Lille, n’a pas donc pas été longue à revenir. Et puis je connaissais aussi « Jorko » (Ikoné) avec qui j’avais joué en sélection. Nous avons des affinités sur le terrain comme dans la vie de tous les jours. On parle le même langage, on est originaire de la même région et quand des choses vont moins bien, on arrive à s’expliquer tranquillement. Il y a des amitiés mais pas de clans. C’est d’ailleurs ce qui fait la force de notre équipe. Tout le monde est dans le même délire, se parle naturellement. On tire tous dans le même sens. »

Pas de clan, non mais trois joueurs qui s’entendent comme ils jouent : parfaitement bien.

L.T.