OL : Genesio minimise pour Depay et évoque l’avenir de Ndombélé

Nîmes – OL (2-3) : Bruno Genesio a soigné sa sortie

Bruno Genesio, l’entraîneur de l’OL, était présent devant la presse ce vendredi pour évoquer l’actualité des Gones.

Le coach de l’OL, dans des propos relayés par RMC, a tout d’abord confirmé le retour en forme de Nabil Fekir. Reste à voir s’il sera titulaire contre Bordeaux ou pas. « Ce qui est important c’est qu’il est prêt à jouer. On verra combien de temps. On a un autre match à jouer mercredi en Coupe d’Europe. »

Mais Bruno Genesio était bien évidemment attendu, surtout, sur le sujet Memphis Depay contre qui ses remontrances ont été relayées dans la presse. Bruno Genesio a tenu à ramener cet épisode au rang de simple anecdote de vestiaire. « Ça ne m’a pas marqué, ça fait partie des événements qui se passent dans une saison, qui n’est jamais un long fleuve tranquille. J’ai fait ce que j’avais à faire. On a fait ce qu’on avait à faire. C’est clos et réglé. Ça a été réglé très vite et très bien entre nous tous. Il n’y aura pas de sanction sportive. Le message est passé. J’ai une très bonne relation avec lui. On a toujours eu des messages francs et corrects. Ce n’est pas la peine d’en faire une montagne. Surpris de ses propos ? Un petit peu. Mais ça peut arriver. J’essaie de me mettre à la places des uns et des autres. On a le droit de ne pas être d’accord. Le plus important, c’est ce qu’il a fait en rentrant sur le terrain. Quand il est entré, on était à 0-0 et il a fait une passe décisive et un but. Je retiens qu’il a été déterminant ».

Enfin, le coach lyonnais a évoqué l’avenir de Tanguy Ndombélé après le tweet de son président laissant la porte ouverte à une offre du PSG. « C’est difficile de répondre à sa place. Le plus compliqué, c’est de durer et de répéter les bonnes performances. On sait très bien que ce sera peut-être difficile de le conserver, mais on ne sait jamais dans le football. Ce qui est valorisant, c’est qu’un ou plusieurs de nos joueurs partent chaque année dans des clubs plus grands que l’OL. »

J.P.