OL – OGC Nice (1-0) : que retenir du retour des Gones dans leur stade

true

Pour son retour dans un Groupama Stadium quasiment désert (250 personnes joueurs inclus), l’OL a disposé de l’OGC Nice (1-0, penalty de Houssem Aouar) pour son second match de préparation. L’essentiel à retenir de ce match.

Les choix du coach : un turn-over après le stage d’Evian

Après le match de Port-Valais (12-0) où Rudi Garcia avait donné du temps de jeu à ses ex blessés face à une D6 suisse, l’OL a, cette fois-ci,  fait le choix de laisser ses buteurs du match précédent sur le banc. Exit donc Memphis Depay, Tino Kadewere, Jeff Reine-Adélaïde ou encore Thiago Mendes. Place à Bruno Guimaraes, Houssem Aouar, Moussa Dembélé, Jean Lucas ou encore Rayan Cherki. Un choix assumé à l’issue d’un stage studieux et éprouvant à Evian. 

A lire aussi : Tous les articles sur l'OL

Onze de l’OL : Tatarusanu (Lopes, 46e) – Rafael (Tete, 46e), Andersen, Marcelo (Denayer, 75e), Koné (Bard, 46e) – J.Lucas (Caqueret, 66e), Guimaraes (T.Mendes, 66e) – Traoré (Reine-Adélaïde, 66e), Cherki (Depay, 66e), Aouar (Cornet, 75e) – Dembélé (Kadewere, 75e).

Le jeu : un Lyon sérieux à défaut d’être brillant

S’il est toujours difficile d’analyser ce genre de matches entre deux équipes aux degrés de préparation différents (encore plus quand une équipe, Nice en l’occurrence, change son onze complet à la pause) mais les Lyonnais n’ont pas semblé trop mal dans l’intensité. On pense notamment à un Moussa Dembélé en jambe bien qu’imprécis dans le dernier geste, à un Rayan Cherki qu’on a beaucoup vu décrocher et faire respirer le jeu ou encore à un Bruno Guimaraes qui s’impose comme la plaque tournante du milieu. Bien sûr, tout n’a pas été parfait dans le jeu mais on a vu des Lyonnais sérieux et qui ont parfaitement muselé les Aiglons (Tatarusanu et Lopes n’ont jamais été sollicités).

Les jeunes : les clés à Cherki, entrée remarquée de Bard

Agacé du faux procès qu’on lui fait concernant les jeunes, Rudi Garcia a en quand même aligné quelques uns face à Nice. La principale surprise était de voir que le coach rhodanien avait confié les clés du jeu à Rayan Cherki plutôt qu’à Houssem Aouar, exilant sur l’aile gauche son capitaine pour offrir une vraie liberté de mouvement à la pépite. Cherki s’est montré. A gauche, l’entrée de Melvin Bard à la pause (à la place de Youssouf Koné) a amené une qualité de centre appréciable. Maxence Caqueret et Jean Lucas se sont suppléés à l’identique. En revanche, on n’a pas eu l’occasion de voir à l’oeuvre le très jeune Sinaly Diomandé, Joachim Andersen étant resté sur le pré l’intégralité de la rencontre.

Le point de réserve : l’OL peut-il tenir la route sans un vrai 6 ?

Lucas Tousart parti au Hertha Berlin, l’OL dispose de beaucoup de milieux mais pas de purs n°6 rugueux. Face à Nice, c’est le tandem Bruno Guimaraes – Jean Lucas qui s’est chargé de la récupération et de servir de rampe de lancement. Si on ne peut pas dire que le Gym a offert une opposition très athlétique, le duo a fait son match. Néanmoins, sur certains matches on peut s’interroger sur le manque de poids dans l’entrejeu. Les autres solutions se nomment Thiago Mendes et Maxence Caqueret, ce ne sont pas vraiment des monstres physiques…

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008