L’instant OM : l’Eintracht, le Stade de Reims et un petit cours d’histoire

OM - PHOTO : les Gilets Jaunes ont fait de la casse 

Supporter de l’OM devant l’éternel (qui, pour lui, s’appelle Raymond Goethals), Raphaël Nouet revient chaque mercredi à 19h sur l’actualité chaude de son club de cœur.

“Oh, qu’elle a été vilaine, la semaine écoulée de l’Olympique de Marseille ! Deux purges, une humiliation, un nul sans saveur… On est en droit de s’inquiéter vu les performances des Phocéens mais on attendra les déplacements à Nantes et à Saint-Etienne avant de sauter à la gorge de Rudi Garcia. Pour faire passer le temps, je voudrais revenir sur les matches à Francfort (0-4) et contre Reims (0-0), et pousser un coup de gueule à l’attention de… tout le monde. Il est de notoriété publique que la jeunesse se contrefout de l’histoire comme de sa première heure de sèche. En football, c’est pire. Et en France, où la culture du ballon rond frôle le niveau de la mer, encore pire chez les supporters, jeunes ou vieux. C’est bien dommage…

Votre Application Android But! Marseille à télécharger gratuitement !

Votre Application IOS But! Marseille à télécharger gratuitement

Parce si vous connaissiez un petit peu l’histoire, messieurs les dirigeants et Rudi Garcia, vous auriez su qu’envoyer une équipe bis en Allemagne face à un Francfort qui se battait pour la première place du groupe était suicidaire. En Coupe de l’UEFA 1973-74, un OM la tête à l’envers s’était présenté à Cologne la fleur au fusil sous prétexte qu’il avait gagné le match aller 2-0. Il en avait pris six… En 2011-12, la bande à Deschamps était partie pour prendre une grosse fessée à Dortmund avant que le Borussia ne s’arrête de jouer à 2-0 voyant que la qualification lui échapperait même s’il gagnait. Franchement, quel supporter de l’OM ne s’est pas dit qu’on allait se faire dérouiller en voyant l’ambiance du stade de Francfort au coup d’envoi ?

Eyraud, Garcia et tous les autres prétendent à longueur de temps que l’OM est un grand club. Eh bien, un grand club, ça ne prend pas 4-0 en Coupe d’Europe. En tout cas pas contre l’Eintracht. Ça ne laisse pas tous ses titulaires à la maison. La veille, le Barça, déjà qualifié pour les 8es de la C1, avait aligné son équipe type moins Luis Suarez à Eindhoven. Question de prestige, de respect du maillot…

Quand à Reims, chers amis supporters, si vous connaissiez un petit peu l’histoire, vous sauriez qu’il s’agit de notre bête noire. Une vraie. Qui a gagné presqu’aussi souvent au Vélodrome en L1 que l’OM (10 contre 11), qui a marqué plus de buts que les Marseillais (41 contre 38). Depuis qu’ils sont sortis de l’abîme, les Champenois n’ont perdu qu’une fois en cinq matches au Vel’, gâchant l’anniversaire des vingt ans de la victoire de Munich. Sachant cela, les supporters auraient pu faire preuve d’un peu plus d’indulgence. Et s’éviter des sifflets que je ne comprendrai jamais. Comment peut-on appuyer sur la tête de gens qu’on prétend aimer alors qu’ils se noient ? Les broncas n’ont jamais conduit à la révolte, juste à creuser un peu plus le trou dans lequel certains joueurs sont tombés. Ça aussi, c’est une leçon que l’histoire nous enseigne…”

R.N.