OM – Mercato : Michel, Bielsa… Mendy raconte les coulisses

Recruté pendant le mercato estival par l’AS Monaco, l’ancien latéral gauche de l’OM Benjamin Mendy est revenu sur son départ de la cité phocéenne. 

Benjamin Mendy a la réputation d’un joueur costaud mais qui peut parfois vriller. Corentin Tolisso se rappelle encore avoir eu affaire à sa nature sanguine fin décembre à lorsque l’OL était venu offrir une démonstration de force à Louis II (1-3). Pourtant, le latéral gauche de l’AS Monaco a beaucoup appris à l’OM auprès de ses anciens coéquipiers et coachs. Notamment sur sa communication.

« Bielsa, il savait comment me piquer »

« À Marseille, les anciens, que ce soient Mandanda, Gignac, Ayew, me disaient : « À l’OM, tout va très vite. » Moi, tant que je ne voyais pas, ce n’est pas que je ne pouvais pas y croire mais presque. Sur Twitter, il y a des choses que j’écrivais pour rigoler, je ne faisais pas attention. Je faisais des clichés dans l’endroit où j’allais pour faire plaisir aux gens. Je ne voulais pas qu’on dise : « Ouais, Ben’, il se la raconte. » Moi, je me vois comme tout le monde. Les premières années, je les ai perdues comme ça, en m’éparpillant, a-t-il constaté dans L’Équipe avant de revenir sur ses relations avec Michel et Marcelo Bielsa. Michel, un jour, je lui ai dit : « Coach, si vous avez quelque chose à me dire, je préfère qu’on se le dise en face. » Après, j’ai déconné dans les moments où on m’attendait. Les premières années, pour moi, le foot, c’étaient entraînements matches, que ça. L’arrivée de Bielsa m’a amené dans un autre univers. Tous les jours, après les séances, il nous parlait de la tactique, de son expérience. Malheureusement, quand on arrive dans les centres de formation, on ne se donne pas à fond comme les Sud-Américains. Avec Bielsa, cette passion transparaissait ensuite sur le terrain, où on était des chiens. Il savait comment me piquer. Le premier jour, il m’a dit : « Tu dois perdre deux kilos. » Juste après, je pars pour le déjeuner, il se retourne vers moi : « Toi, tu ne manges pas. » Ça m’a plu. »

JP