OM : Metz, la fin de saison, les supporters… Bafé Gomis fait le point

Le capitaine de l’OM Bafé Gomis a fait le tour de l’actualité de son club, après la défaite à Metz et avant le choc contre Guingamp au Vélodrome.

L’après Metz

“On doit se concentrer sur notre parcours, faire les résultats que l’on se doit de faire sans se soucier des scores du week-end. Nous avons notre destin en nos mains, nous avons les qualités pour croire uniquement en notre investissement, en notre travail. Notre coach nous a permis de croire en nous, d’espérer une belle fin de saison. On a des regrets par rapport au non-match qu’on a fait à Metz et non par rapport aux autres résultats. Il y a eu une grosse déception. Le coach nous a fait part de son sentiment par rapport à cette prestation. Mais il a terminé sur une note positive en nous disant qu’on avait grillé un joker mais qu’il y a un match qui arrive contre une équipe de Guingamp très dure à jouer. Le problème à Metz, ce n’est pas l’absence d’un avant-centre, ça a été une faillite collective. C’est un accident de parcours. A nous de reprendre notre marche en avant sans remettre en cause ce qui a été fait jusqu’à présent.”

La fin de saison, Guingamp

“Cette année au Vélodrome, à part cette gifle contre Monaco, on a su faire un parcours plus qu’honorable. Il faut continuer dans cette lignée face à Guingamp, qui est dangereux et a fait des résultats intéressants dans les matches importants. Ensuite, il faudra apprendre à voyager mieux. Ce n’est pas à moi de fixer les objectifs. Mais on a un groupe ambitieux et si on a la possibilité de jouer une Coupe d’Europe, on ne va pas s’en priver. L’ambition coule dans les veines de l’Olympique de Marseille. On va adapter nos recrues au mieux et faire du mieux possible d’ici la fin de saison. Il y a des joueurs dans l’effectif qui peuvent être amenés à jouer mon poste et à marquer des buts. A Toulouse en Coupe, l’équipe a joué sans moi et a réussi à inscrire deux buts d’avant-centre. Rémy (Cabella) a eu les gestes d’un vrai buteur. Bouna (Sarr) n’a pas marqué à Metz mais il sait faire de bons appels. Une saison réussie passe par la révélation de certains joueurs. Il se peut qu’il y ait une surprise, que quelqu’un se révèle comme Zambo Anguissa ou Max Lopez en début de saison. Si je suis amené à être sur le banc, je suis certain que des coéquipiers auront les dents longues et me suppléeront. A Metz, j’ai vu une équipe entreprenante en première période. Simplement, on n’a pas réussi à marquer. Des soirées comme celle que l’on a vécue au Vélodrome contre Lyon, c’est une grosse débauche d’énergie. C’est dur de repartir trois jours après avec le même onze. Le coach a fait confiance à certains remplaçants habituels et c’était bien comme ça. Il a envoyé un signe fort en disant que tout le monde pouvait jouer. Je pense à Bouna, qui a fait de bonnes entrées et méritait de jouer.”

Le public marseillais

“Le public marseillais est connaisseur, qui n’a jamais lâché son équipe. A Metz, ils étaient venus nombreux. Les 30.000 qui ont toujours été au Vélodrome nous ont toujours soutenus. Je peux comprendre les absents car ils n’ont pas vécu une bonne saison 2015-16. Les choses évoluent de façon positive. Je participe à ce début de projet et je les incite à venir au stade. C’est à nous de les convaincre. Le championnat est un long marathon, on peut espérer une fin de saison excitante. Après la polémique du match à Saint-Etienne, j’ai eu à faire à des gens intelligents, avec une forte identité à laquelle je m’identifie car je suis un enfant intelligent. C’est pour ça que je veux faire une belle saison. Quand ils m’ont chahuté, j’étais le seul joueur d’expérience. L’humeur des Marseillais est souvent entre mes pieds alors… J’ai pris goût à cette passion, à cette pression. Le lien qui me lie à l’AS Saint-Etienne est plus affectif que sportif par rapport à tout ce que le club a fait pour moi. Mes couleurs sont olympiennes et je ferai tout pour continuer.”

Son avenir

“Il y aura une discussion en fin de saison au sujet de mon avenir. Il est bien trop tôt pour l’évoquer. On m’a confié des responsabilités, j’essaye de rendre cette confiance. Quand j’ai signé, le projet n’était pas encore en place. J’ai été très touché par l’affection du peuple marseillais.”

R.N.