OM : Vélodrome, UEFA .. Jacques-Henri Eyraud durcit le ton et évoque le fair-play financier !

Dans les colonnes de Challenges, Jacques-Henri Eyraud s’est placé dans une position très ferme par rapport à Arema… Tout en se disant serein pour le Mercato d’été.

Agacé par la manière dont se passent les discussions avec Arema pour l’exploitation de l’Orange Vélodrome, Jacques-Henri Eyraud a durci le ton dans les colonnes de Challenges. Le dirigeant olympien a tout simplement brandi la menace de bâtir un stade concurrent si la filiale de Bouygues ne se montrait pas plus conciliante.

« Dès notre arrivée nous avons commencé à travailler sur le sujet avec le cabinet d’architecte américain HKS. Nous y sommes prêts même si l’intérêt supérieur du football français et marseillais n’est pas d’en arriver là. Les Marseillais ne sont pas là pour assurer à un fonds de pension un rendement de 15% sur son investissement, et ce n’est pas mon mandat. Mon job c’est d’investir comme un entrepreneur dans un stade qui peut être amélioré de manière importante », a justifié Eyraud.

A l’occasion de ce même entretien, le président délégué de l’OM a été questionné sur le fair-play financier dont le verdict est attendu ce soir. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il était très confiant : « Il n’y a pas de raison qu’une sanction de l’UEFA sur le FPF remette en cause l’avancée de notre plan. Les représentants de l’UEFA ont regardé ce qui s’est passé sur les 3 dernières saisons et cherché à comprendre notre trajectoire économique et financière. J’ai expliqué aux représentants de l’UEFA, et c’est l’une de mes marottes, qu’avec notre actionnaire nous voulions que l’OM soit géré au jour le jour comme une entreprise ».

Arnaud Carond