FC Nantes – Disparition Emiliano Sala : le douloureux souvenir de Jordan Veretout

OM, OL, PSG – Mercato : encore de l'espoir sur le dossier Jordan Veretout !

Il y a un an, la Fiorentina pleurait Davide Astori, son ancien capitaine. Dans 20 Minutes, Jordan Veretout se souvient.

La Beaujoire va honorer ce soir la mémoire d’Emiliano Sala, disparu la semaine dernière dans l’avion qui devait le ramener de Nantes à Cardiff où il venait d’être transféré. Jordan Veretout, l’ancien Canari, avait croisé l’attaquant à la Jonelière, en 2015, avant de rejoindre Aston Villa.

Sur le site 20 Minutes, il se souvient, ému. « J’espère une belle victoire pour lui. Le peu que je l’ai vu, on a avait passé des bons moments ensemble. Il était souriant, gentil ».

A la Fiorentina, le 4 mars 2018, le milieu de terrain avait appris la mort en pleine nuit de son capitaine Davide Astori.

« Depuis le drame survenu la semaine dernière, je repense forcément à ce qu’on a vécu ici… », confie-t-il. « La mort est arrivée à l’hôtel à Udine, le plus long déplacement du championnat. On est restés ensemble en attendant qu’on nous réserve un avion en urgence pour rentrer. Je me souviens que le président nous avait demandé de rester solidaires surtout. On nous avait accordés deux jours de repos car on avait aussi besoin de voir notre famille et de serrer nos enfants dans nos bras. Pendant deux jours, je n’ai pourtant pensé qu’à ça. La reprise de l’entraînement a fait du bien à tout le monde. Sur un terrain, tu y penses moins. Cela nous avait fait du bien de nous retrouver. On ne nous avait pas proposés de psychologue, mais le coach et le président se tenaient à notre disposition si besoin. Il faut parler dans ces moments. Chacun a fait son deuil à sa manière. »

Et à Jordan Veretout de raconter « le match d’après », qui avait donné lieu à une communion très émouvante, contre Benevento. « Je n’oublierai jamais ce match une semaine après, à domicile contre Benevento. Cela avait été difficile de la préparer forcément, mais il fallait qu’on joue pour lui. On nous avait informés qu’il y aurait un immense tifo pour lui à notre entrée sur la pelouse. Avant le match, tu ne penses qu’à ça. A la 13e minute, il y avait eu un hommage à Davide. Les émotions avaient été très fortes pendant toute la rencontre. Moi, je me souviens de m’être dit : « Davide était un guerrier. Ce match on doit tout donner pour lui comme lui aurait tout donné pour nous ! » A la fin de la rencontre (victoire 1-0), on s’était tous écroulés par terre. Il y a une photo où on nous voit tous en pleurs, allongés. On avait besoin de sortir toute la peine qu’on avait en nous. »

Après la mort de son capitaine, la Fiorentina avait enchaîné 5 victoires en Serie A. « On jouait pour lui, on se battait pur lui et surtout on gagnait pour lui, raconte Veretout. On était comme dans une bulle et personne ne pouvait y rentrer. On était tellement forts grâce à lui. C’est évidemment difficile quand tu rentres dans le vestiaire et que tu vois que le seul casier vide c’est le sien et qu’il n’y a que son maillot… Mais ce drame nous a donné une incroyable force, une folle envie de nous surpasser chaque week-end. »

Laurent HESS

Rejoignez notre chaîne But! Football Club pour encore plus de contenus sur le monde du ballon rond.