FC Nantes EXCLU – Cheyrou : « C’est compliqué de viser plus haut »

Avant la dernière droite de la saison, But Football Club a interrogé Bruno Cheyrou sur la situation du FC Nantes, club qu’il a connu entre 2010 et 2012. Pour le consultant de beIN SPORTS, les Canaris peuvent difficilement viser plus haut que la 8e place en fin de saison.

Bruno Cheyrou, comment jugez-vous la saison du FC Nantes pour l’instant ?
Les Nantais ont surfé sur la saison dernière en réalisant un début de saison prometteur. C’est une équipe assez forte défensivement mais la seconde moitié de saison est plus difficile car ils ont eu du mal à trouver un buteur. Maintenant, on peut penser qu’ils sont un peu plus tranquilles pour le maintien.

Les Canaris pourront recruter cet été. Quel profil de joueur(s) doivent-ils cibler ?
On a parlé d’un attaquant et je pense que les dirigeants concentreront certainement leurs efforts sur un joueur capable de marquer entre 10 et 15 buts par saison, comme Filip Djordjevic. Après, il ne faut pas oublier Yacine Bammou, qui a décanté pas mal de situations en début de saison. Avec son jeu dos au but et sa profondeur, c’est une vraie trouvaille. Donnez-lui un an de plus et il sera capable de remplacer Djordjevic avec brio.

Le poste de latéral gauche est aussi régulièrement considéré comme faible. C’est votre avis ?
Je dirais plutôt qu’il manque de profondeur. On voit que quand Olivier Veigneau, qui a pas mal d’expérience vient à se blesser, il n’y a pas forcément de doublure comme vraie spécialiste du poste. Vincent Bessat a dépanné, Chaker Alhadur est là aussi mais ce n’est peut-être pas suffisant.

Voilà maintenant deux ans que le FC Nantes est en Ligue 1. La troisième, si elle arrive, doit-elle lui permettre de viser plus haut ?
Les Canaris devraient encore finir dans le ventre mou et c’est une bonne chose mais je pense que c’est compliqué de faire beaucoup mieux car il est difficile de venir bousculer la hiérarchie devant. On voit que les 6-7 premières places sont promises aux gros clubs. Il faudrait des moyens tout autres pour venir les titiller.

Comme l’arrivée d’un nouvel actionnaire ?
Par exemple, oui. Il faudrait qu’un actionnaire puisse arriver et dire qu’il qu’il injecte de l’argent dans les caisses du club, ce qui est difficile à l’heure actuelle. Ou alors tout miser sur une nouvelle génération spontanée, comme ça a pu être le cas dans le passé à Nantes.

JP