FC Nantes – Mercato : que vaut vraiment la filière danoise ?

Après avoir failli recruter Nicolaj Thomsen, le FC Nantes devrait enregistrer d’ici quelques jours l’arrivée de son compatriote danois Lasse Nielsen. D’autres joueurs scandinaves ont par le passé porté le maillot des Canaris. L’expérience fut rarement concluante…

Allan Michaelsen (1969-1972)

Ce milieu de terrain a connu un passage très contrasté au FCN. Durant sa première saison, il dispute 13 rencontres de championnat. Son seul fait d’arme : un penalty inscrit face à Strasbourg en 16e de finale de la Coupe de France, une compétition dont les hommes de José Arribas atteignent la finale. La deuxième saison de Michaelsen lui permet de s’imposer avec 29 apparitions et 3 buts inscrits. Hélas, durant sa dernière année au FCN, il brille surtout en équipe réserve (9 buts en 27 matches, mais seulement deux apparitions en pro).

Bilan : une saison correcte sur trois

Steen Romer Larsen (1970)

Même les plus fervents et les plus anciens supporters des Canaris auront du mal à se souvenir de lui. Arrivé au mois de janvier 1970 en provenance de Boldklubben 1903, ce milieu de terrain de 20 ans prendra part à douze rencontres (8 en première division, 4 en Coupe de France) avant de faire ses valises pour la Belgique l’été suivant. À son actif, un but sur la pelouse du SCO d’Angers (2-2) en quart de finale aller de la Coupe. Les coéquipiers de Roger Lemerre s’inclineront très lourdement en finale face à Saint-Étienne (0-5).

Bilan : Steen comment ?

Henryk Agerbeck (1980-1983)

Arrivé en 1980 en provenance du Hertha Berlin pour compenser le départ de l’Argentin Victor Trossero, qui restait sur deux saisons à plus de 10 buts en championnat, cet international danois (4 sélections) n’a jamais tenu qu’un rôle de joker au sein d’une attaque où brillaient Loïc Amisse, Bruno Baronchelli, José Touré ou Vahid Halilhodzic. En 47 rencontres de Ligue 1, Agerbeck, positionné sur l’aile droite, trouve le chemin des filets à 13 reprises mais n’apparaît que neuf fois au cours de l’exercice 1982/83, conclu par un titre de champion.

Bilan : un rôle secondaire, rien de plus

Johnny Molby (déc. 1991-1992)

Dans la famille Molby, on connaît surtout le cousin Jon, devenu une légende du côté de Liverpool, où il a évolué pendant douze saisons. Johnny, lui, n’a effectué qu’un passage éclair par La Jonelière, sous forme de prêt. Bilan : onze apparitions seulement en championnat pour le milieu de terrain de 22 ans. Ce qui n’empêchera pas Molby de remporter l’Euro 1992 avec la sélection danoise contre l’Allemagne (2-0) quelques mois plus tard, à la surprise générale, et sans disputer une seule minute au cours de la compétition !

Bilan : Nantes a misé sur le mauvais cousin

Michael Gravgaard (2008-2010)

Les débuts de Waldemar Kita à la présidence du FC Nantes sont marqués par quelques choix douteux. En 2008 débarque Michael Gravgaard. Pour résumer son apport, disons qu’un « Gravgaard » est quasiment devenu synonyme, pour les supporters nantais, de joueur pataud et maladroit. Le défenseur central, pourtant pilier de la sélection danoise, se blesse à l’aube de sa deuxième saison en Loire-Atlantique, où il n’aura disputé que quinze rencontres. Depuis, c’est aux Prud’hommes que Gravgaard enquiquine son ancienne équipe…

Bilan : surnommé « Air Farce One » par les supporters

Kian Hansen (2014-2015)

Panini_Hansen

Recruté dès le mois de janvier 2014 pour contourner l’interdiction de recrutement à laquelle le club nantais allait être soumis l’été suivant, le stoppeur ne débarque sur les rives de l’Erdre que l’été suivant. Son début de saison laisse pourtant croire que l’international danois a toujours joué à Nantes tant il paraît à l’aise au poste de numéro 6. Hélas, le mal du pays le contraint finalement à un retour au Danemark (FC Midtjylland). Dommage, Hansen et sa propreté technique avaient été l’une des bonnes surprises de la saison nantaise.

Bilan : un goût d’inachevé

Quelques notes d’espoir…

L’histoire du FC Nantes ne plaide pas en faveur du recrutement de joueurs du Danemark. Mais le passage de Kian Hansen laisse entrevoir un léger mieux. Et puis, ces dernières saisons, certaines recrues venues de ce pays nordique sont devenues des valeurs sûres de notre championnat : c’est le cas de Simon Kjaer au LOSC, de Daniel Wass à Evian TG, de Martin Braithwaite à Toulouse… On souhaite donc à Lasse Nielsen, si son arrivée se confirme, d’être le nouveau Kjaer et non le nouveau Gravgaard…