PSG – Angers : Ce qu’il faut retenir de la victoire parisienne contre le SCO (2-1)

Le PSG s’est facilement imposé face au SCO d’Angers au Parc des Princes. Alors que l’équipe d’Emery était réduite à dix après 15 minutes de jeu.

Le show Mbappé

On le disait en méforme. Résultat, un doublé en première période, des occasions nettes par la suite et le titre honorifique de meilleur joueur de la rencontre. Kylian Mbappé a tout fait contre le SCO, signant ses 12e et 13e but en Ligue 1, sur deux coups de patte aussi justes que décisifs. A souligner, également, ses incessants appels en profondeur et un jeu de passes qui aurait même pu permettre à Edinson Cavani de marquer, lui qui  est sorti en début de seconde période. Et puisque c’était LE match de Mbappé, on soulignera aussi sa présence, juste devant le but sur la ligne, qui a empêché Di Maria d’inscrire le 3e but du PSG (64e). Ainsi que son rush, empreint de plusieurs dribles, mal conclu par Kurzawa (81e)., et sa frappe du pied gauche sur la transversale (85e). Du bon, du très bon Mbappé.

L’incompréhensible Motta

On savait que le milieu de terrain parisien pouvait, parfois, être l’auteur de gestes méchants. Ce fut le cas contre Angers alors que son équipe menait déjà au score. A la 16e minute, suer une action anodine, Motta retombe volontairement sur le ventre du défenseur angevin, Romain Thomas. Les deux pieds joints…Résultat, un carton rouge on ne peut plus logique et une balafre de plusieurs centimètres pour Thomas. Précision, Motta n’a pris aucune nouvelle de sa victime et a même paru surpris par son expulsion. Ce fut bien le seul…

Les si talentueux Silva et Verratti

Certes, c’était en face le SCO d’Angers. Et non le Real Madrid. Demeurent néanmoins les très solides prestations de Thiago Silva et de Marco Verratti en fin de journée au Parc des Princes. Le Brésilien, sobre comme à son habitude, a sans cesse été bien placé, effectuant le geste juste et adressant la relance parfaite. L’Italien, lui, a semblé prendre du plaisir 90 minutes durant à être encerclé par ses adversaires pour mieux les mystifier. Déjà brillant contre Madrid, avant sa stupide expulsion, Verratti enchaîne. Contrôles réussis, gestes justes, vraie vision du jeu, on eut droit à un match de haute volée. Une habitude.

L.T.