Stade Rennais : le club dans le collimateur à cause du passe-droit de la LFP

La LFP a accepté la demande du Stade Rennais de décaler son match à Nîmes pour mieux préparer le 8e de finale de Ligue Europa contre Arsenal. Une décision qui fait débat.

Rennes veut jouer dimanche à Nîmes plutôt que samedi à 20 heures comme initialement programmé afin de se ménager quatre jours de repos après la réception d’Orléans en Coupe de France (ce mercredi) et à nouveau quatre jours avant le 8e de finale aller de Ligue Europa contre Arsenal le jeudi 5 mars. Mais de son côté la préfecture du Gard a refusé la tenue de Nîmes-Rennes dimanche (pour le repos des forces de l’ordre après un nouvel épisode des Gilets jaunes samedi) et en conséquence la LFP a repoussé le match à une date ultérieure. « Cette décision va bouleverser une fois de plus le calendrier et elle remet en cause le principe d’équité sportive », s’est plaint le Nîmes Olympique dans un communiqué.

Sur L’Equipe, le directeur sportif gardois Laurent Boissier a confirmé que Nîmes avait bien déposé un recours auprès de la LFP : « Effectivement, nous avons fait connaître à la Ligue et à tous les présidents de clubs de Ligue 1 notre opposition au report de ce match Nîmes-Rennes avec des arguments juridiques à l’appui. Nous attendons leur retour. En tout cas, de notre côté, nous nous préparons à jouer le match samedi à 20 heures, comme prévu ».

Allant dans le sens des Crocos, le journaliste Dave Appadoo, sur le plateau de L’Equipe du Soir, a montré du doigt la décision de la LFP. «Si avant un 1/8e de finale aller de Ligue Europa, il te faut plus de cinq jours pour préparer un match… Que faudra-t-il pour un 1/4, une 1/2 ou la finale? Mettre l’équipe dans du formol ?Je ne comprends pas cette décision. Je trouve même que ça ajoute un coup de pression aux Rennais », a-t-il notamment soutenu.

Rejoignez notre chaîne But! Football Club pour encore plus de contenus sur le monde du ballon rond.

Laurent HESS