ASSE – Débat : Loïc Perrin doit-il être envoyé sur le banc de touche ?

Critiqué après la défaite à Lille (1-3), Loïc Perrin, le capitaine stéphanois, est montré du doigt. Nos journalistes Laurent Hess et Alexandre Corboz débattent sur son cas.

Non, il va se ressaisir

« Je n’ai pas envie d’accabler Loïc. Ça me fait mal au cœur de le voir à ce niveau là, si méconnaissable. Depuis le début de la saison, il est en difficulté. Il n’est plus souverain, loin de là. A 33 ans, beaucoup pensent que ce pourrait être la saison de trop pour lui, mais de là à l’enterrer… On connait Loïc. On sait tous quel joueur il est, sa force de caractère. Même si le poids des années est logique, il n’a pas perdu toutes ses qualités du jour au lendemain. C’est à lui de se reprendre en main, de montrer à tout le monde qu’il n’est pas fini. Et puis l’enlever pour mettre qui ? Kolo ? Il est bien à gauche, et je trouve Gabriel Silva un peu limité pour être un titulaire à part entière. Saliba ? Il n’a que 17 ans.

C’est trop tôt pour qu’il enchaîne les matches à ce niveau. Le tort des dirigeants, selon moi, est de ne pas avoir préparé l’après Perrin, de ne pas avoir anticipé son déclin. Et je ne pense pas que Subotic, à 29 ans, puisse être considéré comme le futur chef de la défense verte. Le Serbe est bon de la tête. Il vient de monter un peu en puissance après un début de saison difficile. Mais il est lent et ne me paraît pas si épanoui que ça à l’ASSE, où il n’a toujours pas prolongé alors que son contrat arrive à termes en juin prochain.

L’arrivée d’un défenseur central de haut niveau, capable de prendre la relève de Perrin, aux côtés de Saliba, fait déjà figure de priorité pour l’été prochain. Mais d’ici là, il y a une saison à faire, et je ne vois pas comment l’ASSE pourrait la faire avec son capitaine emblématique sur le banc. »

Laurent HESS

Oui, il faut l’envisager

« Autant je ne m’inquiétais pas outre mesure il y a encore quelques matches par rapport au niveau affiché par Loïc Perrin, autant je commence sérieusement à me poser des questions. On le sait : le capitaine des Verts est un diesel et il a toujours eu besoin de temps pour rentrer plein pot dans ses saisons. Mais là, nous en sommes déjà à neuf journées et, là où Neven Subotic commence doucement à monter en régime, je ne perçois aucune évolution du côté de Perrin. En retard, lent dans ses relances… L’icone ligérienne n’y est pas. Pire, Loïc Perrin est « à la rue » sur des qualités qu’il n’est pas censé perdre comme le sens de l’anticipation ou la précision de son pied sur les relances. Passé ce constat, que faire ?

Par ce qu’il représente, Perrin doit-il forcément être intouchable ? Personnellement, même si j’ai de l’estime pour lui, je pense qu’il serait dangereux de ne pas faire jouer une concurrence saine entre les défenseurs. Les meilleurs (ou les plus compétitifs à l’instant t) doivent jouer… Dans la mesure où Jean-Louis Gasset dispose de solutions de substitution. En ce moment, c’est là que le bât blesse. Gabriel Silva est blessé pour encore au moins cinq semaines et Timothée Kolodziejczak, le meilleur défenseur central des Verts cette saison, doit dépanner à gauche.

De ce fait, il ne reste que trois options : Perrin, Subotic et Saliba. Une passation de pouvoir entre le capitaine emblématique de l’ASSE et un gamin de 17 ans me paraît osé. Un turn-over moins. Peut-être faudrait-il envisager de laisser Perrin sur le banc au moins une fois lors des trois échéances rapprochées qui attendent les Verts (Rennes, Nîmes deux fois) ? »

Alexandre CORBOZ