ASSE – L’analyse de Laurent Hess : Pas malheureux, ces Verts !

Les Verts ont eu besoin d’un but chanceux de Robert Beric, sur leur seule véritable occasion de la partie, et d’un Stéphane Ruffier des grands soirs, pour s’imposer à Angers (1-0) au terme d’une prestation très laborieuse. Mais cette victoire leur permettra d’arriver avec le vent en poupe, dimanche, à Lyon, pour un derby retour très attendu.

Deux victoires contre Caen et à Amiens, un nul face à Marseille et une victoire à Angers : c’est sur une jolie série de trois victoires et un nul que l’ASSE se présentera à Lyon dimanche prochain. A Angers, les Verts ont confirmé leur renouveau, leur redressement, et leur remontée au classement. Mais sur la pelouse du stade Raymond Kopa, les protégés de Jean-Louis Gasset n’ont pas fait un bon match, loin de là. Dominés dans l’agressivité et l’envie en début de partie par des Angevins qui jouaient leur survie et voulaient se relever après le 4-0 encaissé devant leur public face à Monaco lors de la journée précédente, les Verts ont eu la réussite avec eux. Stéphane Ruffier a démarré son récital en remportant un premier face à face avec Karl Toko-Ekambi, avant de le conclure en sortant une ultime tentative de Baptiste Guillaume dans un dernier quart d’heure au cours duquel Angers a poussé l’ASSE dans ses derniers retranchements. « C’était Fort Alamo », a commenté Gasset.

Beric et Ruffier décisifs

Improductifs au possible, avec un Rémy Cabella peu inspiré à la baguette, les Verts ont fait la différence grâce à Robert Beric, auteur de son quatrième but de l’année 2018 sur la seule occasion stéphanoise de la partie, à l’entame du dernier quart d’heure, sur un ballon relâché par Ludovic Butelle. Un but de raccroc qui permet à l’ASSE de s’éloigner encore un peu plus de la zone rouge. Et de croire à une folle « remontada » puisque le premier européen, Montpellier, n’est qu’à 5 points. Tous les espoirs sont donc permis pour cette ASSE complètement relancée par son Mercato de janvier. Mais pour espérer terminer la saison en boulet de canon et faire bonne figure dimanche prochain à Lyon, Loïc Perrin et les siens devront afficher un autre visage que celui de samedi soir. A Angers, certains stéphanois étaient hors sujet, à l’image de Cabella mais aussi de Paul-Georges Ntep, loin de son niveau d’il y a un an avec le Stade Rennais, ou encore de Neven Subotic, dont les absences en début de rencontre auraient pu coûter cher sans un Ruffier en mode Robocop et un Toko-Ekambi maladroit. Mais Gasset, qui avait évoqué un relâchement de ses troupes avant le déplacement en Anjou, a mis en avant l’état d’esprit de son groupe dans ses commentaires d’après-match. Faute d’avoir bien joué, on retiendra en effet la solidarité affichée par les Verts dans le dernier quart d’heure, les sauvetages de Mathieu Debuchy et Yann M’Vila. Et cette belle joie collective, au coup de sifflet final libérateur de M. Gautier. Cette équipe là ne joue pas toujours bien mais elle prend du plaisir, et des points. On verra bien où tout cela la mènera.

Laurent Hess.