ASSE – Mercato : comment les Verts ont déjà verrouillé le futur Loïc Perrin

Annoncé comme un futur grand dans les rangs de l’ASSE, le polyvalent William Saliba a été verrouillé par les dirigeants du club forézien pour éviter une fuite à l’étranger.

Même Loïc Perrin est sous le charme, c’est dire les qualités que possède Willima Saliba dans son bagage. Le capitaine de l’ASSE se rappelle sans doute qu’il était polyvalent et pouvait glisser de poste en poste, comme lui, il y a encore quelques années… Les dirigeants des Verts savent quant à eux qu’ils tiennent en Saliba une valeur sûre pour remplacer Perrin à moyen terme et ont mis les bouchées doubles pour le fidéliser.

Dans un sujet traité ce mercredi par L’Équipe concernant les jeunes pépites que les clubs français ne veulent pas voir partir, on apprend ainsi que plusieurs équipes dépassent les tarifs de la charte du football professionnel – 2 800 €, 3 500 €, 4 200 € (sur les trois premières années professionnelles) – pour réussir leur coup.

Les Girondins de Bordeaux, le Stade Rennais et l’ASSE se sont ainsi adaptés depuis deux ou trois ans en gonflant les premières propositions, de 5 000 à 10 000 € mensuels brut et très souvent une prime à la signature à six chiffres. Saliba serait par exemple à ces niveaux-là chez les Verts et ne doit pas vraiment le regretter. « Prenons l’exemple Saliba. Saint-Étienne a été obligé de faire l’effort car il savait qu’il y avait une concurrence allemande, détaille un agent dans le quotidien sportif. Des clubs comme Mönchengladbach sont capables de verser des primes de 500 000 € à 3 M€. Au final, le calcul est simple pour “Sainté”. Avant même qu’il pose un pied sur le terrain, Saliba vaut déjà 5-6 M€. Même s’ils lui offrent une forte prime, ils feront une plus-value. »

JP