ASSE – Mercato : erreurs de casting, à qui la faute ?

Ces dernières semaines, Christophe Galtier a épinglé à deux reprises le travail de la cellule de recrutement  de l’ASSE. Des critiques pas toujours forcément justifiées…

« On ne peut pas dire que ce soit une grande réussite, je vous l’accorde. C’est difficile, le club est en train de monter une structure avec une cellule de recrutement. Evidemment que l’on n’a pas l’argent pour aller acheter les grands joueurs, mais on doit être beaucoup plus performants pour dénicher de jeunes talents qui vont amener de la plus-value » : lors de son passage au Canal Football Club au printemps dernier, quelques jours avant l‘annonce de son départ, Christophe Galtier avait posé un pavé dans la mare de l’ASSE et de sa cellule de recrutement. « L’un des gros problèmes du club, et j’espère qu’il va y remédier, c’est le recrutement, a également soutenu Galtier dans France Football, plus récemment. Je n’incrimine personne, mais tu ne peux pas, pendant quatre-cinq ans, être au four et au moulin, te coucher à pas d’heure avec Stéphane Teissier (ex-directeur général de l’ASSE) pour monter des effectifs quand tu as deux-trois matches par semaine. Tu n’as pas le temps. Tu dois avoir une structure, des moyens humains qui doivent te permettre de ne pas faire de conneries dans ton recrutement. Et Dieu sait que, depuis dix-huit mois, on en a fait beaucoup… Je ne m’enlève pas ma part de responsabilités, loin de là. Mais on sait ce que coûte en énergie une Ligue Europa, au groupe, à l’équipe, à l’entraîneur, et à son staff technique et médical. Le recrutement, on ne peut pas dire que ça ait été une grande réussite ces derniers temps. Je ne dis pas qu’on m’a imposé des joueurs que je ne voulais pas, je dis simplement qu’il y a la réalité de ce qu’est le joueur au moment où tu le veux. Et ça, c’est un travail en amont, un travail d’observation, une enquête préliminaire. »

 

L’été dernier, Wantier avait conseillé De Préville et Augustinsson

Principale cible de Galtier : David Wantier. Clairement visé, ce dernier avait été à l’origine de la venue de Jorginho, jugé trop tendre par Galtier. Mais parmi les joueurs recrutés l’été dernier, Wantier n’avait été à l’origine directe d’aucune arrivée (Saivet, Lacroix, MBengue, Veretout, Dabo). Manager général, Galtier chapeautait tout et avait même, de sources internes, refusé Nicolas De Préville, auteur de 14 buts avec Lille, alors qu’un transfert de l’ancien Rémois, recommandé par Wantier, n’aurait coûté que 4 M€.

Au poste de latéral gauche, où l’ASSE peine à trouver un successeur à Faouzi Ghoulam depuis son départ à Naples en 2014, Wantier avait proposé l’international suédois Ludwig Augustinsson (aujourd’hui au Werder de Brême), mais Galtier n’avait pas donné suite, préférant mettre à l’essai Kévin Constant avant de se rabattre sur Cheikh MBengue, libre, les caisses étant alors vides suite au transfert de Bryan Dabo, priorité de Galtier qui cherchait un « box to box ».

Il y a deux ans, Wantier, qui avait insisté pour l’achat de l’attaquant français Grégoire Defrel, transféré par Sassuolo à l’AS Rome la semaine dernière pour 21 M€, avait poussé pour Robert Beric, puis Oussama Tannane, et il avait fait venir Kévin Malcuit de Niort. Acheté 700 000€ et revendu 9 M€, le latéral a permis à l’ASSE de faire sa plus grosse plus value depuis le transfert de Pierre-Emerick Aubameyang à Dortmund en 2013, pour 15 M€. Plus grosse erreur de casting de l’été dernier, Henri Saivet, lui, avait été un choix de Galtier, appuyé par René Lobello qui avait connu le Sénégalais à Bordeaux. Le prêt de Valentin Eysseric, auteur de 8 buts en 2015-16, était pourtant assortie d’une option d’achat, fixée à 2 M€.

 

Laurent HESS, correspondant à Saint-Etienne.