RC Lens : les grands gagnants et les grands perdants du Mercato

Le mercato hivernal terminé, But! s’est penché sur les grands gagnants et les grands perdants de la fenêtre de transferts de janvier. Au RC Lens, ça pourrait donner ça…

Les grands gagnants

Jean-Philippe Gbamin

Opéré d’une blessure sérieuse au genou et revenu dans le bain fin 2015, Jean-Philippe Gbamin a stabilisé l’arrière-garde du RC Lens depuis quelques semaines malgré la défaite au Havre. « Je pensais que mon retour allait être plus compliqué mais ça s’est bien passé. Je suis dans une bonne dynamique, j’espère que ça va continuer et que l’on fera une bonne seconde partie de saison », a-t-il tout récemment confié. Au-delà de son talent, Gbamin offre une qualité rare chez un footballeur : sa fidélité. Encore sollicité cet hiver, le défenseur polyvalent avait déjà écarté des départs lors des deux dernières fenêtres de transferts, notamment vers l’Allemagne. Si un deal avait été conclu avec l’Atlético Madrid, il aurait néanmoins été probable qu’il se dirige vers Vicente-Calderon. Après toutes les sollicitations, ç’aurait été une belle promotion. A venir l’été prochain ?

Jonathan Nanizayamo

Victime d’une entorse de la cheville et absent pour quelques semaines encore, Jonathan Nanizayamo verrait un ciel bleu sans nuage si son outil de travail ne l’avait pas trahi. Débarqué au mercato estival, le grand ami d’Antoine Griezmann ne semble pas avoir encore donné tout ce qu’il peut apporter au RC Lens mais il devrait avoir toute la latitude pour le faire avec le départ de Christian Bekamenga au FC Metz. Nanizayamo, qui compte 3 buts à son actif depuis le début de la saison (13% de son équipe), pourrait même profiter du fait que Pablo Chavarria soit replacé sur un côté par Kombouaré pour occuper l’axe en solitaire, le jeune Aristote Madiani étant plus enclin à entrer en cours de match.

Gervais Martel

Critiqué par une partie des supporters, et encore plus depuis l’interdiction des Red Tigers suite aux incidents au stade Océane le week-end dernier, le président Gervais Martel peut néanmoins se regarder dans une glace tant il reste campé sur sa ligne directrice de ne pas brader les produits du club artésien. Taylor Moore, Jean-Philippe Gbamin, Wylan Cyprien… ils sont par exemple toujours au RC Lens malgré les offres extérieures insistantes et le devoir des Sang et Or de se renflouer financièrement. Martel semble être de la même composition qu’un roseau : il plie mais ne rompt pas.

Les grands perdants

Grégory Maquet

Etre le PDG (belge) du groupe immobilier Century 21 Benelux et se retrouver « sans toit » a ce petit quelque chose de singulier. C’est pourtant ce qui arrive actuellement à Grégory Maquet, qui comptait en effet faire du RC Lens sa nouvelle demeure pour pouvoir revigorer ses finances mais qui a été complètement mis à l’écart depuis la fin du mois de décembre. Le mutisme d’Hafiz Mammadov et les rumeurs d’un rapprochement avec l’Atlético Madrid en plein milieu du mercato semblent l’avoir éloigné de la Gaillette. Définitivement ?

Antoine Kombouaré

Antoine Kombouaré et Michel Der Zakarian ne sont pas amis pour rien. Installé depuis quelques années sur un banc de touche, ils apprennent les affres du métier, notamment en ce qui concerne le mercato. Si le coach du FC Nantes a été recalé pour un milieu offensif cet hiver, son copain du RC Lens a connu le même désagrément après avoir demandé un attaquant axial. La pilule est amère. « Pour le mercato, je ne suis pas content, pour ne pas dire en colère », a-t-il lâché ce lundi. Le Kanak est conscient qu’il va devoir compter uniquement sur son groupe actuel, dépourvu de Christian Bekamenga, pour aller chercher une place sur le podium.

Stéphane Besle

Un petit tour et puis s’en va ! Arrivé le 20 juillet à la Gaillette en provenance de Neuchâtel Xamax, Stéphane Besle ne sera donc resté que six mois en Artois. Son aventure peut être considérée comme un échec, le défenseur central ayant clamé son envie l’été dernier de « montrer au RC Lens qu’il s’était trompé en ne le signant pas pro il y a dix ans ». « Il aurait pu rester, c’est avant tout des soucis personnels, précise néanmoins Kombouaré. Il avait besoin de rentrer en Suisse. Il jouait moins, ne se sentait plus bien ici. On a trouvé une solution. » Au total, Besle aurait disputé 13 matchs sous le maillot sang et or, dont 12 comme titulaire (4 cartons jaunes).

JP