ASSE - PSG (1-1) : pourquoi les Verts ont bien su tenir le choc
Credit Photo - icon SPORT
par Benjamin Danet
LIGUE 1

ASSE - PSG (1-1) : pourquoi les Verts ont bien su tenir le choc

L'ASSE accueillait ce soir au stade Geoffroy-Guichard le PSG, désormais entraîné par Mauricio Pochettino. Au terme des 90 minutes, les Verts ont arraché un bon match nul (1-1).

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur Miguel Trauco

C'était ce soir sa grande première. Sur un banc de touche de Ligue 1, à la tête d'un PSG qu'il connaît bien pour y avoir évolué en tant que joueur. On parle ici, et vous l'avez compris, de Mauricio Pochettino qui a lancé son aventure Made in France. Pas vraiment le même constat pour son homologue, Claude Puel, qui, lui, et c'est tout sauf une première, a depuis longtemps goûté aux méfaits de la défaite. Pas ce soir, pourtant, ses Verts réussissant à accrocher le point du nul.  On vous dit pourquoi.

Les Sainté-PSG se suivent...et se ressemblent

Qu'il s'agisse de Christophe Galtier, de Jean-Louis Gasset ou même de Claude Puel, chaque entraîneur des Verts, et depuis des lustres, adopte la même attitude face au PSG. En laissant le ballon aux joueurs de la capitale, plus que de raison, et en acceptant d'évoluer dans sa propre moitié de terrain 80% du temps. Résultat, une formation stéphanoise épuisée après 45 minutes qui, ce soir comme lors des rencontres précédentes, n'a pas ménagé ses efforts. Contenir Mbappé, Di Maria, Kean et le jeu tout en remises astucieuses de Verratti exige une incroyable débauche d'énergie qu'un véritable joueur de ballon dans le Forez pourrait parfois contenir. Mais ce n'était pas la priorité de Puel, qui, une fois encore, s'est privé de Boudebouz dès le départ pour plutôt bétonner défensivement. Les Stéphanois ont, en seconde période, profité des flottements de la ligne offensive parisienne et auraient même pu, eux, prendre l'avantage au score.

A l'ASSE, les attaquants défendent et ils le font bien

C'est logiquement que Romain Hamouma, Denis Bouanga et même Arnaud Nordin ont passé une grande partie de leur temps...à défendre. Certes, et de jolie manière à la suite d'un pressing gagnant de Youssouf, Hamouma a ouvert le score, seul face à Navas. Certes, Bouanga et Nordin ont parfois porté le danger dans la surface parisienne, épaulés notamment par un Monnet-Paquet physiquement prêt. Mais on ne ne peut, raisonnablement, demander à des joueurs offensifs qui se dépensent tant d'avoir par la suite le geste juste. Résultat, et ce fut le cas en diverses occasions lors du retour du vestiaire, les joueurs de Puel ont raté de belles opportunités. Hormis la tête de Bouanga, sur la barre transversale, on pense notamment à ce même Bouanga, seul face à Navas sur le côté gauche de la surface, mais imprécis dans sa finition. Ainsi qu'à plusieurs situations mal négociées aux abords de la surface parisienne. Reste que ce match nul, et ce bon point, est aussi le fruit de l'implication des joueurs offensifs.

Moulin a fait fermer quelques bouches

Plusieurs semaines, déjà, que le portier de l'ASSE subit des critiques. Pour ses prestations, décevantes en effet sur certains matches, mais surtout pour avoir pris la place de Stéphane Ruffier, choix qui, rappelons-le, incombe à l'entraîneur Claude Puel. Moulin, en tous cas, a parfaitement répondu présent. A la 10e minute, et à la suite d'un pénalty non sifflé pour les Verts (faute sur Debuchy), il s'oppose à Kean d'une belle manchette de la main gauche. Et que dire de la parade effectuée, deux minutes plus tard, sur un tête magistrale de Marquinhos, détournée au-dessus de sa transversale. Au retour des vestiaires, Moulin a assuré l'essentiel. En sortant bien devant Mbappé, et en repoussant également, d'une belle parade, une frappe vicieuse de Di Maria (74e). Un match solide du portier des Verts.

Retsos, c'est solide

Le défenseur grec, blessé depuis des lustres, a réalisé un sacré retour. Propre dans ses interventions, toujours bien placé, l'ancien du Bayer Leverkusen a su sécuriser la défense. Et son association avec Kolo, ainsi qu'avec Moukoudi dans l'axe, pourrait laisser croire à des lendemains qui chantent. Et, sait-on jamais, donner des idées à Puel pour essentiellement s'attacher à un avant-centre au Mercato. En attendant, Retsos a montré de quoi il était capable. On le devinait, mais face au PSG, le reste était d'un autre calibre. Test réussi.