ASSE : Aouchiche, le pari perdu de Puel
par Benjamin Danet
Déception

ASSE : Aouchiche, le pari perdu de Puel

Le jeune milieu de terrain, annoncé comme un futur grand, est à l'ASSE depuis plus d'un an. Sans être parvenu à s'imposer et en multipliant même les matches ratés. Un pari perdu pour Claude Puel qui avait tant misé sur lui au mercato estival.

Zapping But! Football Club ASSE : l'hommage des Verts à Loïc Perrin

C'est souvent une affaire d'étés avec Adil Aouchiche. Premier rendez-vous donné au peuple Vert, il y a plus d'un an, avec des semaines et des semaines de doutes et de propositions alléchantes. Le jeune titi parisien, pas vraiment pressé de signer son premier contrat professionnel au PSG, ou le temps de jeu est famélique en raison de l'effectif XXL, laissait venir les directeurs sportifs et les présidents clubs de l'Europe toute entière. 
Même l'ASSE, pourtant déjà mal en point financièrement, tentait par tous les moyens d'attirer dans le Forez celui que bon nombre d'observateurs présentaient comme un futur grand. Discours fort de Claude Puel, assurances de s'installer dans l'effectif, prime à la signature colossale (montant évoqué aux alentours de 4 millions d'euros) et voilà comment le club stéphanois parvenait à signer un joli coup. 



"J’ai l’impression d’avoir énormément progressé. J’ai trouvé ce que j’étais venu chercher. J’ai trouvé le club, l’équipe, le coach qu’il me fallait, qui avait un projet pour moi." 



Seulement voilà, le joli coup supposé est devenu, en plus d'un an, un questionnement permanent. Sur ses performances, qui ne parviennent guère à convaincre. Sur son positionnement, qui interroge. Sur sa façon de défendre, qui ne correspond pas aux standards imposés par Puel. Et sur ses renvois sur le banc en fin de première période, comme ce fut (encore) le cas à Marseille samedi dernier après 45 minutes indigentes. Pas de quoi, pourtant, briser la confiance de l'espoir, lui qui, au mois de juin, se confiait longuement dans les colonnes de Onze Mondial. Morceaux choisis : " Je progresse beaucoup plus ici dans les secteurs que je devais améliorer. Je suis dans un club qui, contrairement au PSG, ne traverse pas ses matchs dans un fauteuil. Ici, c’est un peu plus dur, chaque ballon est important, il faut savoir le garder, apprendre à être dur au contact, prendre du muscle(...)Moi, j’ai fait le choix de partir à Saint-Etienne parce que, tout en prenant mon temps, je pouvais avoir ce que je voulais plus vite. Je n’ai aucun regret d’avoir quitté Paris. J’ai beaucoup joué pour mon âge(...)La saison dernière, on a traversé beaucoup de moments difficiles et vivre cela à 18 ans m’a fait grandir. J’en avais besoin. J’aurais aimé faire mieux, avoir plus de statistiques. Je travaille beaucoup, on veut me faire progresser, le staff est derrière moi… J’ai joué énormément, c’est magnifique. J’ai l’impression d’avoir énormément progressé. J’ai trouvé ce que j’étais venu chercher. J’ai trouvé le club, l’équipe, le coach qu’il me fallait, qui avait un projet pour moi. Je suis là pour jouer et acquérir de l’expérience. Aujourd’hui, je suis très fier et très content d’avoir ça. J’espère que je vais en faire encore plus." 


Toujours prompt à s'exprimer lorsqu'on l'interroge, Aouchiche s'était même autorisé une sortie, sur RMC, au micro de Jean-Michel Larqué, pas vraiment réputé pour sa compassion envers de petits hommes Verts qui ne confirment pas. "6 buts et 6 passes décisives cette saison ? OK, je pense que je peux les mettre." Cette saison, justement, nous y sommes. Déjà quatre journées, d'ailleurs, avec trois petits points au compteur et un premier constat : Aouchiche n'est pas dedans. Ses titularisations sont des échecs, ses entrées en jeu, à l'exception de Lille peut-être, n'apportent pas le surplus espéré. Même techniquement, ce qui est censé être son point fort, l'ancien parisien ne parvient pas à faire la différence, comme on a pu le voir à de maintes reprises suer la pelouse du Stade Vélodrome quarante-cinq minutes durant.  

Certains, et ils sont nombreux, qui veulent croire à un souci de positionnement,  s'offusquent du fait qu'Aouchiche ne soit pas positionné au coeur du jeu. Oubliant, au passage, que l'entraîneur de la maison verte n'est guère un adepte du changement, avec ses tours de contrôles habituelles (Camara, Neyou, Gourna ou encore Zaydou). La priorité des Verts, cette saison, n'est pas de construire, mais de quadriller. En gênant l'adversaire dans sa construction et en l'obligeant à concéder que les Verts "sont une équipe chiante à jouer" (Bouanga). Adil Aouchiche devra donc muscler son jeu pour s'imposer. 
Enfin convaincre ses détracteurs, sans cesse plus nombreux, qu'il peut apporter une touche créative décisive. Qu'il est capable, par son toucher ou son coup d'oeil, d'éclairer le jeu d'une formation privée de créateurs. On en est, à ce jour, très, très loin. Seul reste l'espoir que ça change. Et l'espoir que Claude Puel ne se soit pas complètement planté. Mais au pays des Verts, l'espoir, on connaît... 
 

Pour résumer

Le jeune milieu de terrain, annoncé comme un futur grand, est à l'ASSE depuis plus d'un an. Sans être parvenu à s'imposer et en multipliant même les matches ratés. Un pari perdu pour Claude Puel qui avait tant misé sur lui au mercato estival.

Benjamin Danet
Rédacteur
Benjamin Danet