ASSE : 10 bonnes raisons de s'inquiéter pour la saison des Verts
Aouchiche et Puel, avec Bonnevay en arrière planCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
PERSPECTIVES

ASSE : 10 bonnes raisons de s'inquiéter pour la saison des Verts

L'ASSE est 16e de L1 après 4 journées. Elle n'a toujours pas remporté le moindre match depuis l'ouverture du championnat. Et quelques signaux ne rassurent pas vraiment...

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur le revenant Wahbi Khazri

Le classement, les premiers résultats

Après quatre journées, l'ASSE est 16e de L1. Elle ne compte que 3 points. C'est 7 de moins que la saison passée. Les Verts avaient débuté par trois victoires et un nul. Ils en sont à trois nuls et une défaite.
 

La dynamique est cassée, le calendrier à venir est compliqué

L'ASSE avait obtenu son maintien en réalisant un bon sprint final au printemps dernier, malgré une défaite lors de la dernière journée contre Dijon (0-1), la lanterne rouge. Son objectif était de poursuivre sur sa lancée, mais c'est raté. Avant le début du championnat, déjà, les matches amicaux avaient été peu concluants avec une seule victoire en six rencontres. Et le calendrier à venir n'est pas évident avec au programme Montpellier, Bordeaux, Monaco, Nice, Lyon, Strasbourg et Angers...

 

Toujours pas de fonds de jeu, ni de vrai plan de jeu

L'ASSE est toujours à la recherche d'un vrai fonds de jeu, près de deux ans après l'arrivée de Claude Puel. Le manager général des Verts avait vu « une très bonne première mi-temps » de son équipe contre Lille (1-1), alors qu'après dix bonnes premières minutes, l'ASSE avait dû attendre l'heure de jeu pour cadrer son premier tir... Une ASSE qui n'a toujours pas de système de jeu bien établi, Puel ayant jonglé entre 4-3-3, 4-2-3-1 et 4-4-2 lors des quatre premiers matches de la saison.
 

Une équipe toujours aussi peu performante à Geoffroy-Guichard

La saison dernière, l'ASSE avait été à la peine à domicile, remportant plus de points à l'extérieur. Et les deux premiers matches dans le Chaudron, face à Lorient (1-1) et Lille (1-1), ont confirmé ses difficultés, malgré le retour du public.

 

Des joueurs en méforme

L'absence d'un vrai n°9 depuis le départ de Robert Beric continue de pénaliser l'ASSE, surtout à domicile où le manque de présence dans la surface se ressent fortement. La venue de Juan Ignacio Ramirez permettra-t-elle de combler ce manque ? A voir... Dans cette attente, plusieurs joueurs importants sont apparus loin de leur meilleur niveau lors du premier mois de compétition, à l'image de Romain Hamouma, du capitaine Mahdi Camara et du nouveau vice-capitaine Yvan Neyou.
 

Des jeunes qui ne progressent toujours pas

Autre déception du début de saison : Adil Aouchiche. Le Titi parisien tarde à s'imposer, il navigue toujours entre le terrain et le banc des remplaçants. Alors que le projet de Puel est basé sur les jeunes, la plupart d'entre eux stagnent. A l'image d'Aouchiche, leurs progrès, en tout cas, sont loin de sauter aux yeux...

 

Des cadres en moins

Même si Etienne Green a joué un rôle important dans son maintien, c'est avant tout grâce à ses cadres que l'ASSE avait obtenu son maintien au printemps dernier. Mais parmi eux, Mathieu Debuchy n'a pas été conservé, comme Kévin Monnet-Paquet. Et Jessy Moulin est parti à Troyes. Des départs qui privent le vestiaire de joueurs à l'état d'esprit irréprochables, garants des valeurs du club. Les doyens, aujourd'hui, se nomment Romain Hamouma, Wahbi Khazri et Timothée Kolodziejczak. Des éléments qui entretiennent, comme Ryad Boudebouz, des relations plutôt froides avec Claude Puel...

 

Des indésirables toujours là

L'opération dégraissage ne se sera pas vraiment bien passée cet été à l'ASSE. Sergi Palencia a été à nouveau prêté à Leganes, Alexandros Katranis a été libéré de son contrat et Tyrone Tormin a rejoint Niort, mais le club forézien n'a pas réussi à « recaser » la plupart des joueurs qui faisaient partie de sa liste des « indésirables », tels Ryad Boudebouz, Gabriel Silva, Victor Petit, Nelson Sissoko, Lucas Llort, Baptiste Gabard, Edmilson Correia, Bilal Benkhedim, Assane Diousse et Lamine Ghezali. Tous sont désormais promis à la réserve. Il devrait donc y avoir pas mal de mécontents cette saison encore dans le vestiaire vert...

 

De nombreux joueurs en fin de contrat, et Puel aussi

Le projet de Puel était à la base, il y a deux ans, un projet axé sur le long terme, la reconstruction du club. Mais il a vécu. Le Castrais et son staff sont en fin de contrat au mois de juin et avec la mise en vente du club, une prolongation paraît improbable. De nombreux joueurs sont également dans la dernière année de leur contrat et ils ne se font guère d'illusions sur leur avenir. C'est le cas du gardien Stefan Bajic, des défenseurs Timothée Kolodziejczak, Miguel Trauco, Nelson Sissoko et Lucas Llort, des milieux Assane Diousse, Victor Petit, Bilal Benkhedim et Ryad Boudebouz. Et des attaquants Wahbi Khazri, Lamine Ghezali et Arnaud Nordin.

 

Un contexte pesant autour de la vente du club

Avec la mise en vente du club, un staff et de nombreux joueurs en fin de contrat, l'ASSE n'est clairement plus dans une politique de reconstruction sur du long terme, mais dans une saison de transition. Ses deux actionnaires principaux, Bernard Caiazzo et Roland Romeyer, ont officialisé au printemps leur volonté de passer la main. Mais cinq mois plus tard, la vente semble encore loin d'être acquise. Le projet porté par Olivier Markarian, sponsor du club et proche de Romeyer, ne séduit guère Caiazzo, qui rêve d'un milliardaire pour donner plus de moyens à l'ASSE. C'est dans ce flou qu'essaient d'avancer Puel et son staff, qui n'ont pas eu de moyens pour se renforcer cet été...

Pour résumer

L'ASSE est 16e de L1 après 4 journées. Elle n'a toujours pas remporté le moindre match depuis l'ouverture du championnat. Tour d'horizon de ces signaux qui n'incitent pas vraiment à l'optimisme pour la saison des Verts...

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS