Claude Puel
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
VERITES

ASSE : Claude Puel se lâche sur la vente du club et règles ses comptes avec Ruffier !

Après L'Equipe ce matin, Claude Puel a fait un passage remarqué sur RMC dans Rothen s'enflamme. Et il a dit des choses...

Zapping But! Football Club ASSE : Adao Carvalho, troisième actionnaire des Verts, brise le silence

Sur son projet clair dès le départ

« L'ASSE est à la croisée des chemins. On est partis sur un renouvellement de modèle parce que l’ASSE avait performé sur une belle année en terminant à la 4eme place, mais avait du s’endetter très fortement (…) et il se trouvait qu’à mon arrivée l’ASSE était mal classée au mois d’octobre mais surtout elle n’avait plus de possibilité de se renouveler et d’actifs pour assurer les salaires qui avaient étés donnés. La première urgence était de réduire la masse salariale (…) La vraie donnée, c'était est-ce qu'on va pouvoir finir la saison ? Est-ce que financièrement ça allait passer ? Est-ce que d'un point de vue économique, l'ASSE n'allait pas être rétrogradé ? Je rappelle que si Wesley Fofana n'avait pas été mis en avant jusqu'à sa vente, ça aurait été compliqué. La vente de Fofana et de Vagner, ça représente des dizaines de millions. Cela a juste permis de fixer le déficit. Il y avait une grande urgence. On parlait d'une possibilité de disparition du club. On en est plus à gérer l'aspect sportif (…) On en est à une mission de sauver le club et de sortir des jeunes représentant des actifs. »

Sur les rumeurs de vente du club

« Au niveau de l'ambiance générale, ça joue surtout chez les supporters. Ça crée de l'attente, ça fait spéculer sur le fait qu'on va recruter, qu'on va pouvoir se renforcer en conséquences... Cela crée le trouble. La vente de Bordeaux s'est fait durant la préparation. La nôtre, elle s'étend sur toute la saison. Nous, on est focus sur notre saison et on n'en fait pas débat (…) Mais c'est vrai que ça peut être déstabilisant. Et pour nos supporters, et pour beaucoup de monde ».

Sur l'épisode Ruffier

« Ruffier, ça a été assez simple. Il n’y avait aucun problème avec la Ruff, et dès mon entame, avec le deuxième match, Bordeaux, je lui ai donné un conseil de mon banc de touche sur un renvoi. Et de suite il s’est exprimé très vertement. Moi depuis que j’étais entraîneur je n’avais jamais vécu ça. Ça s’est perduré, à un autre match derrière, à huis-clos et tout le monde a entendu (…). A un moment donné, l’équipe était en difficulté, il l’était aussi dans sa gestion des matchs, et simplement je lui ai dit qu’à certains matchs j’allais le faire souffler et mettre Moulin. Je lui ai proposé 2 options : être sur le banc où véritablement souffler. Et il s’est levé de suite, il a très mal pris la chose, il a appelé son agent et c’est allé sur tous les réseaux, les médias. Je me suis fait incendier pour avoir mis un joueur au repos ».

Sur la non-reconduction de Debuchy l'été dernier

« Mathieu Debuchy a été un très bon capitaine la saison dernière. Il a joué son rôle à fond. Il a tenu physiquement parce que nous l’avons géré et c’est un grand professionnel. Et puis à un moment donné se pose la question, s’il peut faire une année supplémentaire en tant que titulaire. Et par rapport à Mathieu qui est un très grand joueur, un très grand professionnel puisque je l’ai lancé en 1ère division, et je sais que c’est un joueur qui a besoin de s’exprimer et il peut avoir un leadership que s’il s’exprime, que s’il est titulaire et s’il peut enchaîner les matchs. Et il y avait vraiment un très gros point d’interrogation ».

Les mots de Puel sur RMC

Toujours autant agacé par le dossier de la vente de l'ASSE qui s'étire, Claude Puel a clarifié, face à Jérôme Rothen sur RMC, l'épisode Stéphane Ruffier. Le Castrais assure que l'ancien gardien des Verts lui a manqué de respect.