ASSE- EXCLU BUT! : Adao Carvalho, troisième actionnaire des Verts, brise le silence
Adao CarvalhoCredit Photo - But! Football Club
par Benjamin Danet
ENTRETIEN VERITE

ASSE- EXCLU BUT! : Adao Carvalho, troisième actionnaire des Verts, brise le silence

Actionnaire de l'ASSE à hauteur de 22% depuis 2004, Adao Carvalho a été mis à l'écart du club stéphanois en 2007, début de ses ennuis judiciaires. Celui qui a été condamné par la justice pour "recel de blanchiment d'abus de biens sociaux", et qui a passé onze mois en prison, se confie longuement à But! Sainté alors que Roland Romeyer et Bernard Caïazzo souhaitent vendre l'ASSE.​

Alors que Bernard Caïazzo et Roland Romeyer, les deux hommes forts, veulent vendre l'ASSE, Adao Carvalho, troisième actionnaire du club à hauteur de 22% et privé de ses parts car confisquées par la justice, se confie longuement et en exclusivité à But! Sainté.

Ses souvenirs, son parcours, les projets de reprise, tout y passe. Morceaux choisis.

 Son arrivée au club en 2004

"Je suis arrivé dans la région stéphanoise à l'âge de 10 ans, en provenance du Portugal. Je n'ai eu de cesse, ensuite, de jouer au foot et de suivre les résultats de l'ASSE. Lorsque vous habitez dans la région, vous ne pouvez pas passer à côté des Verts. A cette époque, je ne suis pas destiné à mettre de l'argent dans le club. Mais lorsque la proposition m'est faite d'entrer au capital de l'ASSE et de m'associer avec Roland Romeyer, je n'hésite pas longtemps(...)Romeyer, je ne le connais à cette époque que de nom. On me le présente et il devient vite un ami. Il a des défauts, des qualités, comme tout le monde, mais à l'époque, Romeyer est humain. En 2004, il n'est pas encore assoiffé de pouvoir comme ça va ensuite être le cas. "

Le début de la fin en 2007

"Au mois de mai 2007, je suis mis en garde à vue, mis en examen pour “délit de marchandage” et “travail dissimulé”. Je suis même écroué durant deux mois. Avant de pouvoir sortir sous caution. Mais pour moi, c'est fini. Et pour eux, je suis un homme mort. Ils me le disent d'ailleurs très clairement dans les jours qui suivent : "Adao, on ne veut plus de toi." Le divorce est acté, il y a séparation. Plus de son, plus d'image, je suis banni de tout."

Roland Romeyer...

"Que Romeyer arrête de faire comme si je n'existais pas et qu'il arrête de dire que c'est un simple supporter-bénévole. Il touche un salaire mensuel à l'ASSE qui lui est payé par Croissance Foot. C'est avéré ! Il n'est donc pas bénévole. Que la vérité soit rétablie pour tout le monde, y compris pour lui."

...qui empêche Carvalho de vendre ses parts

"Jacques Pauly essaie de racheter mes parts du club depuis 2010. C'est toujours le cas. Un entrepreneur stéphanois, Marc Dias, a également essayé. Dans les deux cas, j'étais d'accord. Mais qui a mis son véto ? Roland Romeyer. Lui aussi voulait me les racheter, alors que j'étais en prison depuis quelques jours seulement en 2007. J'ai dit non, car sa proposition était beaucoup trop basse. C'était du vol. Pour Romeyer, d'un côté, je suis un pestiféré, mon argent est sale, mais de l'autre il essaie de me racheter mes 22% de l'ASSE. "

La vente du club ne peut se faire

"Le vrai patron du club, c'est Caïazzo, pas Romeyer ! Ce dernier se dit être le patron, il en joue, mais il n'a que 22% de l'ASSE(...)Romeyer et Caïazzo mentent lorsqu'ils disent qu'ils peuvent vendre. Une bonne fois pour toutes, et il faut bien le dire aux supporters, il n'y a que 68% du club qui est aujourd'hui vendable ! Pas 100%. L'ASSE ne leur appartient pas dans sa totalité(...)La vente, ce n'est pas avant plusieurs mois, au minimum, et peut-être même l'année prochaine. Avec le Covid-19, l'absence des droits TV et les résultats des Verts, il y a plusieurs dizaines de millions d'euros de dettes. Voir les comptes et comprendre qu'il n'y a que 68% à récupérer, ça va en refroidir certains...."

Carvalho courtisé, un puissant repreneur aux aguets

"Je vous le redis : je vois beaucoup de monde. Et parmi eux, il y a un projet qui me semble à ce jour costaud, sérieux. Avec de belles intentions et des idées claires. Ceux qui soutiennent ce projet ont beaucoup, beaucoup d'argent. Ils s'appuient sur des fonds étrangers. Ce sont tout sauf des amateurs. Je peux tout de même vous faire une petite confidence : il y a parmi eux d'anciens footballeurs..."

Retrouvez l'intégralité de l'entretien d'Adao Carvalho dans But! Sainté, en kiosques, en numérique sur notre boutique.

Ou sur notre site dans les tous prochains jours