ASSE – Exclu BUT : Caiazzo, Romeyer, l'avenir des Verts... l'ancien président André Laurent s'est confié
André LaurentCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
CONFIDENCES

ASSE – Exclu BUT : Caiazzo, Romeyer, l'avenir des Verts... l'ancien président André Laurent s'est confié

Chez lui, sur les hauteurs de L'Etrat, André Laurent (82 ans) est revenu sur ses dix années à la présidence de l'ASSE (de 1983 à 1993). Il s'est aussi confié sur l'actualité de son club de cœur. Troisème et dernier extrait de son interview accordée à But ! Saint-Etienne.

Zapping But! Football Club ASSE : le debrief du match face au Paris SG

But ! : André, que pensez-vous de la direction actuelle de l'ASSE ?

Je connais bien Romeyer, il s'occupait des amateurs à mon époque. Il était déjà là. On peut le gratifier de deux choses : c'est un bon Stéphanois et il aime l'ASSE. Caiazzo, c'est un Parisien qui voulait jouer un rôle dans le foot et le club lui a permis de se montrer. Après, deux présidents, ce n'est pas forcément une bonne choses. Mais je respecte les deux.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

« J'espère que s'il y a un changement, ce sera un local qui reprendra le club plutôt que des investisseurs américains, chinois ou saoudiens qui ne connaissent même pas son histoire »

Les supporters espèrent du changement...

J'espère que s'il y a un changement, ce sera un local qui reprendra le club plutôt que des investisseurs américains, chinois ou saoudiens qui ne connaissent même pas son histoire. Je souhaite à un local de vivre ce que j'ai vécu. Président des Verts, c'était brûlant et passionnant. Je me suis éclaté.

Vous suivez toujours les matches ?

Non. J'ai tourné la page en quittant l'ASSE et la présidence de l'UCPF. J'avais ensuite présidé la Chambre de commerce. C'était sympa aussi même s'il n'y avait pas les avant-matches, les décrassages. J'adorais ça. Je trouvais d'ailleurs Herbin très fort dans sa capacité à garder son calme après une défaite. Il prenait toujours du recul pour analyser alors qu'après les victoires, il trouvait toujours à redire, il corrigeait. Car il estimait les joueurs plus réceptifs qu'après une défaite.

L'ASSE en Ligue des champions, vous y croyez ?

C'est bien arrivé à Montpellier, à Lille, à Rennes. Mais pour une ville comme Saint-Etienne, c'est difficile de se battre encore chaque saison avec Liverpool, Manchester, le Bayern Munich. La grande époque, c'est fini, il ne faut plus rêver. L'essentiel pour l'ASSE, c'est de mobiliser les ressources pour avoir un rôle honorable et finir européen de temps en temps. Et surtout, c'est de donner une belle image, une image de fraîcheur, d'enthousiasme, de générosité, pour que les supporters soient fiers de leur équipe.